L’hypnose pendant la grossesse

Ressentir la vie en soi peut parfois donner lieu à des peurs pendant la grossesse. L'hypnose permet de vivre sereinement cette période intense en événements et en changements physiques et psychiques. Rencontre avec le Docteur Ducloy-Bouthors, Anesthésiste-Réanimateur de l'hôpital Jeanne de Flandre.

Ressentir la vie en soi peut parfois donner lieu à des peurs pendant la grossesse. L’hypnose permet de vivre sereinement cette période intense en événements et en changements physiques et psychiques. Rencontre avec le Docteur Ducloy-Bouthors, Anesthésiste-Réanimateur de l’hôpital Jeanne de Flandre.
Les angoisses durant la grossesse sont multiples, elles concernent la vie, le développement du bébé, ou encore la capacité à devenir parent. Des angoisses auxquelles l’hypnose peut apporter une réponse.

L’hypnose : un outil thérapeutique

L’hypnose intervient comme un outil thérapeutique complémentaire aux autres traitements entrepris. Elle est obtenue en focalisant l’attention et en configurant le patient vers une mise en situation, vers un changement positif, et vers une autre vision de l’environnement.
L’hypnose est actuellement utilisée au CHRU pour soulager la douleur de l’accouchement, pour accompagner les interruptions médicales de grossesse ou pour diminuer le stress des menaces d’accouchement prématurés, des prééclampsies ou post traumatique. Elle est utilisée aussi durant les césariennes en urgence sous anesthésie locorégionale pour diminuer le stress péri-opératoire, ou en gynécologie pour réaliser certains gestes opératoires.
On distingue deux types d’hypnose pendant la grossesse : l’hypnose formelle et conversationnelle.
L’hypnose formelle repose sur une sorte de contrat entre thérapeute et patient où ce dernier joue un rôle actif. Après avoir évalué les problèmes et besoins du patient, et fixé l’objectif à atteindre, le patient est amené à apprendre l’auto-hypnose. La thérapie doit lui révéler le talent qui sommeille en lui pour lui permettre d’affronter et de mieux gérer la douleur, le stress ou la maladie.
Quand l’hypnose rime avec détent
Correspondance
Docteur Anne-Sophie Ducloy, médecin Anesthésiste Réanimateur, Hôpital Jeanne de Flandre
Source : href= »http://www.chru-lille.fr/actualites/dossiers/index.html » target= »_blank »
Durant la grossesse, l’hypnose apporte une grande détente pour la patiente. Toute l’équipe se focalise sur bien être de la patiente, en la mettant dans un état de relaxation et de confiance. Cet état de bien être est ressenti par le bébé, qui ne demande qu’à grandir dans cette agréable atmosphère. L’hypnose conversationnelle consiste à mobiliser l’inconscient du sujet tout en conversant avec lui. Le tout se déroulerait dans le cours d’une conversation qui semble anodine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.