Lille : comptes certifiés sans réserve mais un déficit maintenu à 13,4M€

"Avec un budget de 1,300 milliard €, le CHRU de Lille figure parmi les plus grands établissements de santé en France à voir ses comptes certifiés sans réserve et ce la 2ème année consécutive, au terme d’une démarche exigeante et rigoureuse" a annoncé Frédéric Boiron, Directeur Général. Mais le déficit perdure – 13,4M€ (déficit consolidé) soit 1,07 % des recettes, identique à celui de 2015.
"Avec un budget de 1,300 milliard €, le CHRU de Lille compte parmi les plus grands établissements de santé en France à être certifié sans réserve et ce la 2ème année consécutive, au terme d’une démarche exigeante et rigoureuse" a annoncé Frédéric Boiron, Directeur Général. Le résultat fait apparaître un déficit consolidé de – 13,4M€ soit 1,07 % des recettes, identique à celui de 2015. La capacité d’auto-financement consolidée s’élève à 45,7M€, en augmentation de 5,6 %. Quant à la marge brute consolidée, elle reste stable à 56,6 M€ à un taux de 4,9%. Décryptage…
Le déficit 2016 s’explique par le renforcement des contraintes externes notamment  la conjonction de la baisse des tarifs (-5M€) et de l’évolution de la masse salariale (+7M€)  avec l’obligation de provisionner les facturations des transports secondaires SMUR pour 2016 (5 M€). L’évolution de l’activité de 2016 a progressé de 4,6 %  contrastant avec  2015 qui avait été atone, cette progression a été marquée par une évolution soutenue de l’activité ambulatoire (+6,7%), une évolution modérée de l’activité conventionnelle (+1,2%). Cette évolution  de l’activité n’a pas été suffisante pour diminuer le déficit constaté en 2015 du fait des contraintes externes imposées en 2016.  
Le CHRU poursuit la modernisation de la partie sud de son campus avec l’Institut Cardio Pulmonaire (ICP) (179 M€) qui devrait être achevé en juin 2020,  les décaissés 2016 de l’ICP s’élevant à  23 M€. Le CHRU a investi en moyenne 82 M€ chaque année depuis 3 ans, ce qui représente 7% de ces produits d’exploitation.   
Le CHRU élabore actuellement son projet d’établissement 2018-2021 et travaille aux conditions de réalisation de deux nouveaux  projets d’investissement stratégiques que sont la construction d’une nouvelle pharmacie et l’extension pédiatrique de l’hôpital Jeanne de Flandre.  
Pour y parvenir, plusieurs chantiers importants de fiabilité ont été menés en 2016. En particulier l’établissement a réalisé une vaste mise à jour de l’inventaire des immobilisations, constitué de plus de 30 000 biens, en le rapprochant de l’inventaire physique. Ce travail a conduit à apurer près de 10% de l’actif existant (soit 1,2 Md€, dont 66 M€ dans le domaine biomédical).
Certification des comptes : une amélioration continue de l’analyse
Disposant de comptes Grâce à un partenariat constructif avec les commissaires aux Comptes et leurs équipes, le CHRU dresse un bilan positif de l’analyse financière avec des comptes certifiés pour la 2ème année consécutive : elle a permis d’enclencher un processus vertueux de révision par cycles comptables et de vraies dynamiques en interne et avec l’Administration des Finances Publiques notamment autour de plans d’actions sur le recouvrement des créances.
Le processus de certification des comptes a également permis de professionnaliser le management comptable de proximité en confortant les missions des responsables administratifs et financiers chargés du contrôle interne et de la modernisation des processus de gestion.
De nouveaux chantiers s’ouvrent : 
la dématérialisation des flux administratifs et comptables, pour aboutir d’ici 18 mois à supprimer le papier ;
la simplification du fonctionnement, domaine dans lequel les hôpitaux et leurs administrations partenaires ont de réelles marges d’amélioration.
La simplification administrative et la performance des processus de gestion contribuent à l’amélioration du service rendu aux usagers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.