Lille conforte son statut de pilier de l’organisation sanitaire du Nord-Pas-de-Calais

En signant avec l’Agence Régionale de Santé son nouveau Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens (CPOM) qui l’engage pour cinq ans, le CHRU de Lille vise à conforter sa place parmi les 5 premiers CHU français dans le domaine de la recherche et des innovations dans le soin. L’enjeu est de rester attractif pour des équipes médicales et de recherche de haut niveau, afin de proposer à la population des soins de qualité dans toutes les disciplines médicales, y compris les plus spécialisées.

En signant avec l’Agence Régionale de Santé son nouveau Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens (CPOM) qui l’engage pour cinq ans, le CHRU de Lille vise à conforter sa place parmi les 5 premiers CHU français dans le domaine de la recherche et des innovations dans le soin. L’enjeu est de rester attractif pour des équipes médicales et de recherche de haut niveau, afin de proposer à la population des soins de qualité dans toutes les disciplines médicales, y compris les plus spécialisées.

Le CHRU de Lille poursuivra sa politique de coopérations avec les établissements de santé de la région, notamment dans le cadre de la création des Communautés Hospitalières de Territoire, et à renforcer les liens ville-hôpital pour un parcours de soins du patient plus lisible et mieux coordonné. Ses partenariats favorisent la constitution d’équipes médicales partagées entre plusieurs établissements afin d’assurer la continuité de prises en charge. Il  existe 200 conventions de temps. Les équipes interviennent dans tous les territoires de santé, dans un rayon de plus de 150 km autour de Lille.
Les partenariats portent les activités de soins mais aussi sur la recherche et l’enseignement. Une Maison Régionale de la Recherche Clinique sera d’ailleurs prochainement créée afin de coordonner des protocoles portés par les établissements de la région, le CHRU de Lille ayant vocation à jouer un rôle de tête de réseau. L’enjeu est d’offrir à davantage de patients la possibilité d’intégrer des essais cliniques afin de bénéficier des toutes dernières découvertes.

Le CHRU de Lille s’engage également sur des objectifs de performance : qualité des publications scientifiques, lutte contre les infections nosocomiales, maîtrise des risques liés aux soins, prise en charge de la douleur, efficience des organisations médico-soignantes, équilibre médico-économique, capacité d’autofinancement… Le CHRU doit aussi maintenir une situation financière équilibrée afin de respecter son ambitieux programme d’investissement ambitieux d’un montant de 181 millions d’euros soutenu par l’ARS dans le cadre du Plan Hôpital 2012. Il prévoit la modernisation de tout le Sud du campus avec, comme premières réalisations, le nouveau Centre de Réanimation et de Traitement des Brûlés qui sera achevé en novembre 2012et la modernisation, en cours, du service d’accueil des urgences sur le site de l’hôpital Roger Salengro.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.