Lille fête 30 ans de transplantation cardiaque

Le CHRU de Lille célèbre, ce mercredi 16 novembre 2016, l'anniversaire de sa première transplantation cardiaque et plus 500 greffes de cœur réalisées en 30 ans.
Le CHRU de Lille célèbre, ce mercredi 16 novembre 2016, l‘anniversaire de sa première transplantation cardiaque et plus 500 greffes de cœur réalisées en 30 ans.
Le 27 février 1985, le Pr Georges Soots réalisait au CHRU de Lille la première transplantation cardiaque régionale. Depuis, plus de 500 greffes de cœur  ont été réalisées par ses équipes. Ce mercredi 16 novembre, l’Institut Cœur-Poumon du CHRU invite les professionnels de santé, les patients greffés et les associations à célébrer 30 ans de prouesses médicales et chirurgicales. La cérémonie officielle se tiendra à 11h, en présence du Pr Georges Soots, auteur de la première transplantation cardiaque lilloise, du directeur général du CHRU et de Martine Aubry, présidente du Conseil de Surveillance du CHRU de Lille et Maire de Lille.
Conférences d’experts, tables rondes et témoignages de patients greffés se succéderont jusqu’en fin d’après-midi pour évoquer les progrès et l’avenir de la transplantation cardiaque. Une activité en constante augmentation à l’Institut Cœur-Poumon du CHRU de Lille, ponctuée d’innovations comme le développement des "cœurs artificiels" pour les patients en attente de greffon, ou la première double-greffe cœur-rein réalisée cette année.
La mortalité opératoire divisée par trois
L’insuffisance cardiaque est devenue l’une des premières causes de mortalité dans les pays industrialisés. Les décès d’origine cardiovasculaire sont en France la deuxième cause de mortalité après le cancer. Et plus particulièrement dans les Hauts de France, où les causes cardiovasculaires représentent 37 % des décès chez les personnes de moins de 65 ans (contre 25 % pour la moyenne nationale).
Aujourd’hui, de vraies solutions existent face à ces pathologies et les techniques de cessent de s’améliorer. Dans le cadre de transplantation cardiaque, le développement de l’environnement médical et la prise en charge multidisciplinaire ont permis de diviser par trois la mortalité opératoire et par deux la mortalité à un an, ces dernières années.
Seul centre de transplantation cardiaque dans les Hauts de France
La transplantation cardiaque reste cependant une activité de pointe qui fait appel à des compétences médicales et chirurgicales de très haute expertise et à un plateau technique spécialisé. Prouesse médicale et chirurgicale par excellence, la transplantation cardiaque reste pourtant insuffisante en particulier dans les cas d’extrême urgence. C’est pourquoi depuis 1995, le CHRU de Lille s’est doté de systèmes d’assistance circulatoire prolongée (ou "cœurs artificiels"), permettant de prendre le relais d’un cœur malade dans l’attente d’une greffe.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.