L’imagerie interventionnelle, cœur high tech du CHU de Nantes

Biopsies, navigation endovasculaire, reconstructions osseuses… grâce à l’imagerie interventionnelle ces actes chirurgicaux lourds sont désormais réalisés de manière non invasive et souvent en ambulatoire au sein du nouveau le plateau technique interventionnel du CHU de Nantes : un univers qui se situe entre bloc opératoire et salle d’imagerie. Les patients, principalement traités pour des cancers, voient le parcours de soins simplifié et apprécient le gain en qualité et en sécurité. Depuis l’ouverture du centre en mai 2017, près de 4 000 adultes et enfants – en moyenne 37 par jour - ont pu être rapidement traités, que ce soit en radiologie et en endoscopie digestive. Quant aux équipes, elles optimisent leurs interventions et leur collaboration ouvre la voie à la création de nouveaux savoirs et de nouvelles pratiques de soins.
Biopsies, navigation endovasculaire, reconstructions osseuses… grâce à l’imagerie interventionnelle ces actes chirurgicaux lourds sont désormais réalisés de manière non invasive et souvent en ambulatoire au sein du nouveau le plateau technique interventionnel du CHU de Nantes : un univers qui se situe entre bloc opératoire et salle d’imagerie. Les patients, principalement traités pour des cancers, voient le parcours de soins simplifié et apprécient le gain en qualité et en sécurité. Depuis l’ouverture du centre en mai 2017, près de 4 000 adultes et enfants – en moyenne 37 par jour –  ont pu être rapidement traités, que ce soit en radiologie et en endoscopie digestive. Quant aux équipes, elles optimisent leurs interventions et leur collaboration ouvre la voie à la création de nouveaux savoirs et de nouvelles pratiques de soins.

Un plateau réservé à l’imagerie interventionnelle et aux endoscopies digestives

Les actes médicaux réalisés aident au diagnostic (biopsies) et au traitement sous guidage et sous contrôle d’imagerie (rayons X, ultrasons, scanner, IRM, endoscopie) 

En imagerie interventionnelle, les actes concernent les drainages, embolisations d’hémostase, destructions thermiques (radiofréquence, cryoablation), injections intra artérielles d’agents tumoricides (chimiothérapies, radionucléides vectorisés), la prise en charge de la douleur (algologie interventionnelle), de pathologies vasculaires malformatives, de reconstructions osseuses, recanalisations et d’embolisations veineuses. Les radiologues interventionnels de l’Hôtel-Dieu forment une équipe de cinq praticiens titulaires sous la responsabilité du Dr Christophe Perret et de leur chef de service le Pr Eric Frampas.
En endoscopie digestive, les interventions concernent la résection de polypes et de cancers superficiels (mucosectomie et dissection sous-muqueuse), le traitement des varices oesophagiennes, dilatation de sténose et pose de prothèse, les interventions sur les voies biliaires et le pancréas (calculs, tumeurs, drainage), le drainage d’abcès (écho-endoscopie interventionnelle) et les traitements spécialisés de maladie rares (POEM, Diverticule de Zenker, radiofréquence…). L’équipe d’endoscopie digestive regroupe une dizaine de praticiens dont trois spécialisés en endoscopie interventionnelle : le Pr Emmanuel Coron, le Dr Marc Le Rhun et le Dr Nicolas Musquer. 

Aménagement du plateau technique interventionnel en 4 espaces

1 SAS d’accueil permettant de dissocier les prises en charge en ambulatoire avec une zone de préparation des prises en charge conventionnelles. 

3 salles d’imagerie : une salle d’imagerie interventionnelle capteur plan, une salle de scanner interventionnel et d’échographie et une salle équipée d’un appareil de radiologie numérisée avec un arceau. La proximité de ces différentes modalités permet d’envisager des procédures de plus en plus complexes combinées. La salle arceau répond également aux besoins de poses de voies veineuses centrales (chambres implantables et picc-lines) effectuées par les radiologues, anesthésistes et chirurgiens digestifs. 
3 salles d’endoscopie : une salle dédiée à l’endoscopie diagnostique de dépistage, une salle dédiée à l’endoscopie avec gestes thérapeutiques simples sous sédation et une salle d’endoscopie interventionnelle. Ces salles sont équipées d’un tout nouveau système de gestion vidéo améliorant le suivi des patients et la formation des professionnels de santé du CHU et de la région. 
1 salle de réveil d’une capacité de 6 postes pour la prise en charge post-interventionnelle. 
Le plateau technique interventionnel est rattaché au centre de ressources des blocs opératoires (CRBO) et placé sous la responsabilité du Dr Antoine Roquilly, médecin anesthésiste réanimateur et deux adjoints radiologue (Dr Douane) et gastroentérologue (Dr Musquer). Ce centre high tech de 1000m² représente un investissement de 3M€ pour le CHU de Nantes. Son ouverture a nécessité le recrutement de plus de 15 postes paramédicaux. « Cette nouvelle unité témoigne de l’engagement du CHU de Nantes à porter des projets innovants, financièrement équilibrés, source de qualité pour la prise en charge des patients – et ce dans un contexte national contraint » souligne Philippe Sudreau, Directeur général.
Marie-Georges Fayn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.