L’importance territoriale de la maternité de Carhaix réaffirmée

Sujet sensible, le devenir de la maternité de Carhaix a fait l'objet d'une communication rassurante co-signée par Alain Gautron, Directeur Général de l'Agence Régionale de Santé de Bretagne et Bernard Dupont, Directeur Général du CHRU de Brest. Elevée au rang de priorité de santé publique, "cette maternité de 12 lits doit allier proximité et sécurité et être adaptée aux attentes des futures mères carhaisiennes" précisent les responsables dans un communiqué en date du 1er septembre 2010. Pour accompagner son développement, un plan de formation, défini en coopération avec la Faculté de médecine de Brest et s'étalant sur une période de six semaines va être mis en place. Il prévoit notamment d'intégrer davantage les personnels carhaisiens aux équipes brestoises, mais aussi de les faire profiter des enseignements du Centre de simulation de la Faculté de médecine.

Sujet sensible, le devenir de la maternité de Carhaix a fait l’objet d’une communication rassurante co-signée par Alain Gautron, Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé de Bretagne et Bernard Dupont, Directeur Général du CHRU de Brest. Elevée au rang de priorité de santé publique, « cette maternité de 12 lits doit allier proximité et sécurité et être adaptée aux attentes des futures mères carhaisiennes » précisent les responsables dans un communiqué en date du 1er septembre 2010. Pour accompagner son développement, un plan de formation défini en coopération avec la Faculté de médecine de Brest et s’étalant sur une période de six semaines va être mis en place. Il prévoit notamment d’intégrer davantage les personnels carhaisiens aux équipes brestoises, mais aussi de les faire profiter des enseignements du Centre de simulation de la Faculté de médecine.

Durant cette période, l’activité de la maternité de Carhaix est maintenue. Les consultations et les gardes de gynécologues-obstétriciens et de sages-femmes seront assurées sur place. La maternité continuera d’assurer naturellement la prise en charge de la plupart des accouchements .

Le Directeur Général de l’ARS a souligné l’implication des personnels médicaux et paramédicaux brestois et carhaisiens dans la pérennisation de l’activité de l’hôpital de Carhaix. Il a également rappelé que, dans le contexte actuel de l’Ouest de la Bretagne, les rapprochements entre établissements sont la meilleure réponse aux attentes de la population en termes de proximité et de qualité des soins.

L’ARS et le CHRU de Brest se sont fixés des objectifs ambitieux dans ce domaine. La population peut avoir confiance dans l’engagement et l’implication de l’ensemble des équipes de l’ARS et du CHRU de Brest pour maintenir l’égalité d’accès de tous aux meilleures thérapeutiques.

En savoir plus sur la maternité de Carhaix – données 2009
Nombre d’accouchements 250 en 2009. L’objectif fixé par l’ARS est de tendre vers 450 accouchements /an à l’horizon 2012
12 lits de gynécologie obstétrique
38 médecins
414 personnels soignants et médico-techniques

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.