L’impression 3D en santé, à Lyon c’est parti!

Afin que l'impression 3D de dispositifs médicaux puisse se généraliser dans le secteur médical, deux savoir-faire majeurs doivent être réunis : technique et clinique. C’est l’objet du contrat-cadre que s’apprêtent à signer la plateforme « 3D Fabric of Advanced Biology » (3d. FAB), issue de laboratoires de l’Université Lyon 1, du CNRS, de l’ENS Lyon et de l’INSA de Lyon, avec les Hospices Civils de Lyon.
Afin que l’impression 3D de dispositifs médicaux puisse se généraliser dans le secteur médical, deux savoir-faire majeurs doivent être réunis : technique et clinique. C’est l’objet du contrat-cadre que s’apprêtent à signer la plateforme « 3D Fabric of Advanced Biology » (3d. FAB), issue de laboratoires de l’Université Lyon 1, du CNRS, de l’ENS Lyon et de l’INSA de Lyon, avec les Hospices Civils de Lyon.
« Nous allons pouvoir mutualiser les moyens et les compétences dans des locaux dédiés, avec des matières adéquates, des imprimantes adaptées et des outils informatiques de post-traitement d’images », s’enthousiasme Christophe Marquette, coordinateur scientifique de la plateforme 3d.FAB. « Nous accompagnerons les idées novatrices des médecins techniquement et réglementairement à toutes les étapes de maturation du projet. Ces acquis pourront être transférés vers l’industrie. L’objectif principal est de transformer par le biais d’études cliniques des innovations technologiques issues de l’impression 3D en innovations cliniques accessibles au plus grand nombre de patients », poursuit Julien Koehler, ingénieur à la cellule innovation des HCL

Deux projets en cours d’évaluation

Premier projet en cours d’évaluation, la reconstruction d’un modèle anatomique du thorax d’un nourrisson composé de poumons en matière souple, de côtes rigides, de la trachée et des vaisseaux sanguins imprimés par la plateforme 3d.FAB (voir photo). «Opérer une malformation pulmonaire chez un tout-petit peut se réaliser sans ouvrir le thorax à l’aide d’une petite caméra et d’instruments fins : c’est l’approche mini-invasive. L’impression en 3D du thorax et du poumon déformable du bébé que l’on va opérer me permet d’anticiper les difficultés, de définir la stratégie opératoire idéale et de simuler l’intervention avant le jour J. Bien entraîné, je peux réaliser ensuite une intervention plus courte, moins douloureuse et moins séquellogène», explique Fréderic Hameury, chirurgien pédiatrique aux HCL. Cette nouvelle prise en charge est l’objet du Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC).
Deuxième projet en cours d’évaluation, l’impression de prothèse 3D en titane pour chirurgie maxillo-faciale. Elle permet de reconstruire les orbites osseuses au lieu de greffer le patient avec ses propres os. « On constate une nette amélioration à la fois fonctionnelle et esthétique pour les patients avec une amélioration esthétique et une diminution de la vision double », explique le Dr Jean Thomas Bachelet, chirurgien maxillo-facial, « et par rapport à la prise en charge actuelle par autogreffe », complète-t-il, « la prothèse 3D permet une réduction du temps opératoire et des zones opérées et moins de handicaps durables liés aux traumatismes orbitaires ». La cellule innovation des HCL accompagne le Dr Bachelet sur un Programme de Recherche en Médico-Economie (PRME) afin d’évaluer les coûts et les bénéfices de la prothèse imprimée 3D. Si l’étude prouve sa supériorité par rapport à la greffe classique, ces prothèses pourraient être remboursées par l’assurance maladie.

Une multitude de techniques d’impression 

Parmi les techniques d’impression 3D figurent l’impression de céramique pour, par exemple, des implants d’os sur mesure en chirurgie maxillo-faciale ; l’impression de silicone pour des implants personnalisés et enfin l’impression de tissus vivants, futur de la médecine régénérative.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.