L’innovation à la Une

Objectif prioritaire de la Conférence des Directeurs Généraux de CHRU, l'innovation est également le thème central des rencontres de l'hôpital organisées par Décision Santé.

Objectif prioritaire de la Conférence des Directeurs Généraux de CHRU, l’innovation est également le thème central des rencontres de l’hôpital organisées par Décision Santé.

Sept CHRU, Montpellier, Bordeaux, Nancy, Lyon, Nantes, Lille, Marseille ont accueilli les conférences-débat. Au programme : l’organisation, l’évaluation, le financement de l’innovation, les relations entre équipes hospitalo-universitaires et instituts de recherche, les enjeux de l’innovation pour les établissements, les régions et le rayonnement international de la médecine française. Pour clore cette série de colloques, rendez-vous est donné le 3 juillet à Paris à l’Hôpital Européen Georges Pompidou (voir annonce ci-dessous).

Nous publions ici l’interview de Jean-Paul Guérin, Responsable de la Commission Recherche de la Conférence des Directeurs Généraux de CHRU et Directeur Général du CHU de Nantes qui a répondu aux questions d’Astrid Charlery, journaliste à Décision Santé.

Dans quelle mesure l’innovation médicale ou technologique assure la renommée d’un CHU ?

La renommée d’un CHU ne va pas de soi. Elle n’est acquise que si le CHU est en mesure de développer ses missions de référence, de recours et d’expertise, ce qui concrètement doit le placer en position de leader pour :
– structurer et proposer les nouvelles conditions de prise en charge diagnostique et thérapeutique,
– organiser la dispensation des soins les plus coûteux,
– organiser la proximité permanente des équipes de recherche et cliniques,
– faciliter la coordination des soins entre plusieurs disciplines, entre plusieurs établissements, entre le CHU et la ville.

Les CHU ont-ils la volonté, les moyens et les outils de conduire l’innovation médicale, de la recherche fondamentale à l’évaluation en passant par la recherche appliquée et la diffusion de cette innovation ?
Cette position de leadership ne peut être obtenue qu’au prix d’une démarche volontariste, qui doit elle-même être matérialisée dans chaque projet stratégique pluriannuel de développement des CHU.
Pour préserver les atouts de la médecine hospitalo-universitaire française, il est impératif de garantir une parfaite reconnaissance financière et statutaire des charges associées à la gestation et à la diffusion des innovations.
L’encadrement des dépenses de santé dans les établissements publics de santé porte en germe le risque de privilégier les arbitrages financiers en faveur des soins courants (qui en termes de légitimité ne peuvent être opposés aux soins de recours), au détriment des dépenses d’innovation,
Il faut, au-delà de la juste prise en compte des surcoûts liés aux innovations, programmer une évolution statutaire des CHU, en leur accordant les prérogatives des établissements publics à caractère scientifique et technologique, en matière de valorisation de l’innovation.

Par ailleurs aujourd’hui quels sont les freins qui brident parfois la dynamique de l’innovation ?
La culture de l’innovation est certes entravée par des éléments d’ordre financier et statutaire. Elle est aussi compliquée par le fait que l’innovation se prête mal à une codification rigoureuse et reproductible. Pour ces raisons et même si des progrès peuvent encore être faits sur le plan de la gestion des carrières des professionnels qui sont au coeur des innovations, il est indispensable de favoriser et de consolider la place de l’innovation dans les projets d’établissement des CHU, comme gage du soutien de l’institution et comme marqueur de l’ensemble des missions du CHU.

Quels sont les champs d’investigation en terme de gestion et d’organisation nouvelles ?
L’innovation à l’hôpital ne se réduit pas à sa dimension biomédicale. L’hôpital abrite aussi une technostructure logistique et gestionnaire, qui ne peut être exonérée de la nécessité d’expérimenter de nouvelles organisations. A ce titre, l’innovation managériale est aussi un des critères de performance des hôpitaux :
– recherche d’une plus grande efficience,
– responsabilité des dirigeants,
– approfondissement d’une culture d’appartenance et d’attente des résultats,
– développement des outils de gestion du changement (meilleure mesure des besoins, utilisation de référentiels),
– identification de centres de responsabilité pour rapprocher la décision du plus près du terrain.
Les CHU disposent de la masse critique pour les inciter à aller très loin dans l’expérimentation de ces innovations.

Les patients sont devenus de véritables partenaires des CH dans la mesure où ils participent au Conseil d’administration et se regroupent en associations. Quelles propositions les CHU peuvent-ils faire pour favoriser l’innovation dans la relation avec le malade ?
Les usagers constituent un levier du changement, ce qui implique l’organisation de leur représentation, y compris dans la phase de mise en oeuvre et d’évaluation des actions d’adaptation de l’hôpital, notamment pour faciliter l’accès aux soins des usagers et leur orientation dans le système de santé.
Leur place doit donc être garantie en centrale auprès des responsables institutionnels, mais aussi auprès des animateurs de centres de responsabilité médicale.
La redéfinition par ailleurs de leur place dans les séquences de soins confirme que le CHU ne peut pas tout faire tout seul. L’innovation, c’est aussi le changement de paradigme dans la relation soignant/soigné. L’émergence d’un nouveau type d’usager du service public hospitalier est un catalyseur de nouvelles pratiques professionnelles.
_____________________________________________________________________

Les Rencontres de l’Hôpital 2003 : L’innovation à l’hôpital
jeudi 3 juillet 2003 à PARIS
de 9h30 à 17h00
Hôpital Européen Georges Pompidou
Auditorium
20, rue Leblanc
75015 – Paris

Avec la participation de Claudie Haigneré*, ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies,
*sous réserve de confirmation

Au programme
Panorama général des pratiques et disparités régionales 10h00
Innovation et financement
Réseaux de santé :les enjeux des nouvelles organisations
Evaluation de l’innovation
Relations structures de recherche
Médecine de demain et besoins des patients
Innovation thérapeutique : forces et faiblesses
Optimiser l’innovation à l’hôpital

Pour plus d’information : href= »mailto:cecile.desmet@medimedia.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.