L’institut de Cancérologie de la Loire : un partenariat exemplaire

Ouvert en novembre 2004, l'Institut de Cancérologie de la Loire est une des premières déclinaisons concrètes du plan présidentiel de lutte contre le cancer. La création de ce centre de 106 lits et places à vocation hospitalo-universitaire constitue également un exemple de partenariat public - privé. Grâce à la mise en commun de leurs activités d'oncologie médicale et de radiothérapie, complétée par le transfert des activités d'hématologie adulte et d'onco-pédiatrie du CHU,le CHU de Saint-Etienne et la Mutualité Française Loire ont permis la création d'un établissement spécialisé dans la lutte contre la cancer pour la Loire.

Ouvert en novembre 2004, l’Institut de Cancérologie de la Loire est une des premières déclinaisons concrètes du plan présidentiel de lutte contre le cancer. La création de ce centre de 106 lits et places à vocation hospitalo-universitaire constitue également un exemple de partenariat public – privé. Grâce à la mise en commun de leurs activités d’oncologie médicale et de radiothérapie, complétée par le transfert des activités d’hématologie adulte et d’onco-pédiatrie du CHU,le CHU de Saint-Etienne et la Mutualité Française Loire ont permis la création d’un établissement spécialisé dans la lutte contre la cancer pour la Loire.

L’Institut de Cancérologie de la Loire illustre le caractère fédérateur de la démarche stéphanoise qui prend en compte tous les aspects de la lutte contre le cancer, de la prévention dédiée à la recherche, en passant par les soins, l’accompagnement et l’animation d’un véritable réseau de prise en charge appelé ONCOLOIRE.

Prévention
Le département de la Loire est particulièrement concerné par ce thème compte tenu du taux élevé de mortalité prématurée par cancer dans la Loire. Un pôle de prévention , organisé autour d’un centre de ressources pour la prévention et l’éducation à la santé sera installé d’ici 3 ans , complétant le centre de traitement de l’ICL , avec 4missions principales :
– la prévention des cancers pour limiter la surexposition de la population du département aux facteurs de risques , notamment l’alcool et le tabac
– la coordination des actions de prévention et de dépistage déjà fortement développées pour améliorer encore leur efficacité
– l’information sur le dépistage, le diagnostic et le traitement
– l’élaboration de programmes d’éducation thérapeutique pour permettre aux patients et à leur entourage de participer activement à la lutte contre leur maladie

Ce centre sera financé avec l’aide des collectivités locales et fonctionnera avec ses partenaires naturels que sont :la Mutualité Française Loire, le CHU et la Faculté de Médecine de Saint-Etienne, les collectivités territoriales, la Ligue contre le cancer et l’Institut National du Cancer.

Des soins de qualité et un accompagnement social plus humain et plus solidaire
L’ICL délivrera les traitements les plus innovants en terme de médicaments et de traitements d’irradiation.

L’ICL constitue un pôle de référence autour de soins personnalisés au patient : mise en place d’une consultation d’annonce, organisation de la pluridisciplinarité, définition d’un programme de soins personnalisé par patient, accès facilité aux thérapeutiques innovantes.

Les compétences stéphanoises, reconnues dans l’accompagnement et le soutien, sont valorisées, amplifiées et structurées dans un département de soins de support.

Le retour et le maintien à domicile des patients sera facilité par le renforcement des liens avec la médecine libérale

Une recherche dynamisée et insérée dans la dynamique régionale
L’ICL renforce la participation stéphanoise à la recherche sur le cancer ;L’ évaluation des pratiques de soins et aux études médico-économiques tant au niveau régional que national y seront organisées. Par la création du centre de prévention et d’éducation à la santé notamment , L’ICL sera avec les autres établissements de soins et les structures scientifiques de la région un acteur majeur du pôle de recherche stéphanois .
Ce centre sera le maître d’oeuvre régional de la mise en oeuvre de cette thématique de recherche prioritaire autour de la prévention et l’éducation à la santé retenue dans le cancéropôle Lyon Rhône Alpes .

Début de construction : juin 2002
Ouverture : novembre 2004
Superficie : 11 969 m²
Coût des travaux : 22 510 000 ¬
Nombre de lits : 106 (dont 10 lits d’hospitalisation à domicile)

Plateau technique
Accélérateurs de particules : 4
Scanner de simulation virtuelle : 1
Appareil de radiothérapie superficielle moyenne énergie : 1
Salles de radiologie : 2
Mammographe : 1
Echographes : 2

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.