L’institut de transplantation urologie-néphrologie (ITUN) du CHU de Nantes fête ses 25 ans

Depuis maintenant 25 ans, l'institut de transplantation urologie-néphrologie (ITUN) fédère des cliniciens, des équipes soignantes, des chercheurs, des enseignants chercheurs et des équipes de recherche. Au total plus de 350 personnes forment une chaîne de soins autour des patients souffrant de maladies rénales et des voies urinaires. Au chevet des patients ou au cœur des laboratoires, ils partagent un même but, faire progresser la recherche pour améliorer les traitements. Cette organisation originale, en " institut ", a inspiré d'autres regroupements similaires sur le site de Nantes devenant un réel modèle nantais. Explications...

Depuis maintenant 25 ans, l’institut de transplantation urologie-néphrologie (ITUN) fédère des cliniciens, des équipes soignantes, des chercheurs, des enseignants chercheurs et des équipes de recherche. Au total plus de 350 personnes forment une chaîne de soins autour des patients souffrant de maladies rénales et des voies urinaires. Au chevet des patients ou au cœur des laboratoires, ils partagent un même but, faire progresser la recherche pour améliorer les traitements. Cette organisation originale, en " institut ", a inspiré d’autres regroupements similaires sur le site de Nantes devenant un réel modèle nantais. Explications…
L’institut rassemble donc les services cliniques  de néphrologie et urologie et le centre de recherche en immunologie et  transplantation – CRTI – Inserm U1064,  seul centre Inserm de France dédié à la recherche en immunologie de  transplantation, également affilié à l’Université de Nantes.
L’Institut : regrouper toutes les expertises autour d’une activité complexe
Créé  en 1991 par le Pr Jean-Paul Soulillou sous le nom d’ITERT, l’institut  de transplantation et de recherche en transplantation, est devenu en 2010  l’ITUN, institut de transplantation urologie et néphrologie. Depuis le 1er janvier 2010, l’ITUN est dirigé par le Pr Gilles Blancho qui a succédé au Pr Jean-Paul Soulillou.
Des activités cliniques variées
L’ITUN  regroupe des activités cliniques variées autour de la prise en charge  de l’insuffisance rénale par les diverses techniques de suppléance  (dialyse dans ses diverses composantes) ou de remplacement  (transplantation), et les pathologies des reins et voies urinaires.
Avec  230 transplantations rénales, combinées rein et pancréas et pancréas  isolé dans l’indication du diabète avec ou sans insuffisance rénale  effectuées en 2016 et plus de 5 000 greffes cumulées, l’ITUN se situe  parmi les tous premiers centres européens de transplantation rénale et  pancréatique. 
Le développement de techniques innovantes : une des priorités de l’ITUN
A la pointe du progrès, l’institut réalise les transplantations de donneurs vivants dont ABO incompatibles, les désensibilisations et  transplantations de sujets immunisés, les transplantations à partir de  donneurs décédés après arrêt cardio-circulatoire et à partir de dons  croisés.
Cette organisation particulière génère une dynamique qui a mené à des succès notables dans la politique des investissements d’avenir de l’État, avec notamment la création d’un institut  hospitalo-universitaire prometteur : le Cesti, dédié à l’innovation en  transplantation mais aussi en thérapie cellulaire et thérapie génique.
La  communauté internationale de la transplantation a récemment salué  l’ensemble des travaux du Pr Soulillou en lui attribuant le 22 août dernier, lors de son congrès international à Hong Kong, le prix Medawar  2016. Ce prix prestigieux est reconnu comme la plus haute récompense  dédiée au monde pour contributions exceptionnelles dans le domaine de la transplantation. " Il s’agit d’une magnifique reconnaissance  mondiale des travaux accomplis par Jean-Paul Soulillou et de la  dynamique qu’il a lancée et que nous tachons de poursuivre tous les  jours au bénéfice des patients transplantés et de la recherche " souligne le Pr Blancho.
L’ITUN en chiffres
5  équipes de recherche de l’Université de Nantes regroupées dans le  centre de recherche en transplantation et immunologie labellisé Inserm
2 services cliniques du CHU de Nantes
230 greffes en 2016
92 essais cliniques en cours
80 publications par an
1 146 patients porteurs d’un greffon fonctionnel suivis à l’ITUN

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.