L’Institut du Cerveau et de la Moelle signe son 1er partenariat en région avec le CHU de Limoges

9 juillet 2012, signature de la 1ère convention de partenariat en France sur la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA) et les neuropathies périphériques, entre l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière et les équipes de recherche en région Limousin.

Dans les locaux du CHU de Limoges, en présence de très nombreuses personnalités du monde médical, politique, économique et social, le Pr. Gérard Saillant, Président de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière (ICM), M. Hamid Siahmed, Directeur Général du CHU de Limoges et Mme Hélène Pauliat, Présidente de l’Université de Limoges et de la Fondation Partenariale Universitaire de Limoges ont signé la première convention de partenariat en France associant l’ICM à des équipes de recherche en région Limousin sur la recherche concernant la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA) et les neuropathies périphériques, lundi 9 juillet 2012.

Deux équipes de chercheurs hosiptalo universitaires de Limoges pourront bénéficier des synergies de travail avec les équipes du Pr. Meininger et du Dr. Salachas à la Pitié-Salpêtrière ainsi que de l’accès à l’ICM et à son plateau technique. Il s’agit des équipes des Pr Pierre Marie Preux et du Pr Couratier pour les recherches dans le domaine de la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA), et celle du Pr Benoit Funalot pour les travaux relatifs aux neuropathies périphériques rares.
Ce projet d’excellence en région Limousin sera le point de départ d’une collecte de dons  au service de la recherche organisée par le Comité de Campagne Régional ICM-Limousin sous la responsabilité de M. Michel Bernardaud, Ambassadeur de l’ICM en région Limousin et de M. Jean-Claude Boisdevésy, Délégué Régional de l’ICM. Cette démarche sera étendue progressivement à d’autres régions sur d’autres thématiques intéressant les neurosciences.

Aujourd’hui, les affections neurologiques et psychiatriques touchent une personne sur huit. Dece constat est né l’ICM, le centre international de recherche situé à Paris au cœur de l’Hôpital Pitié-Salpêtrière. Sa mission est d’améliorer le diagnostic, la prévention et le traitement des atteintes du cerveau et de la moelle épinière qu’elles soient d’origine dégénérative, tumorale, infectieuse ou traumatique.

Le Pr. Gérard Saillant, Président de l’ICM, a déclaré à cette occasion : «L’unique objectif est de permettre de prévenir, guérir et réparer les atteintes du système nerveux. C’est un problème de santé publique qui nous concerne tous.»

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.