L’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse : un maillage de 39 établissements publics et privés

Nouveau modèle d’organisation de soins, de recherche et d’enseignement en cancérologie, l’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse se présente comme une démarche collective et volontaire de tous les acteurs du cancer en Midi‐Pyrénées pour améliorer la qualité de prise en charge des patients et garantir une égalité d'accès aux soins de qualité.

Nouveau modèle d’organisation de soins, de recherche et d’enseignement en cancérologie, l’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse se présente comme une démarche collective et volontaire de tous les acteurs du cancer en Midi‐Pyrénées pour améliorer la qualité de prise en charge des patients et garantir une égalité d’accès aux soins de qualité.
Quel que soit son lieu de résidence en Midi‐Pyrénées le malade atteint d’un cancer doit pouvoir bénéficier d’une prise en charge experte grâce à une collaboration étroite entre les différents établissements de santé de la région fédérés en un institut.
Pour proposer aux patients les derniers traitements ciblés issus des progrès médico‐scientifiques, les établissements mutualisent leurs ressources et notamment les plateformes de haute technologie rares et onéreuses. Ils repensent leur organisation, développent de nouvelles activités et créent un réseau exceptionnel de chercheurs et soignants.
La structure juridique de cet ensemble est un Groupement d’intérêt public (GIP), animé par un directoire et dont les actions sont organisées dans le cadre de 4 collèges : recherche, soins, enseignement & formation et partenaires. La mise en place du collège partenaires formalise le caractère multisite de l’IUCT en définissant les modalités d’accès aux ressources de recours, à la recherche et à l’innovation thérapeutique pour l’ensemble des établissements autorisés en Midi‐Pyrénées.
Un maillage de 39 établissements de santé
– 3 sites hospitaliers publics toulousains experts en innovation thérapeutique
Pour la première fois en France, un centre de lutte contre le cancer (l’Institut Claudius Regaud) et les services d’oncologie d’un CHU s’unissent et proposent une offre de soins complète et intégrée sans doublon. Elle est répartie sur trois sites : Purpan, Rangueil‐Larrey et l’Oncopole.
– 36 établissements publics et privés de Midi‐Pyrénées réunis au sein de
2 groupements de coopération sanitaire de Midi‐Pyrénées : celui des hôpitaux publics et celui de la cancérologie privée.
Ces 39 établissements de santé assurent la prise en charge des patients atteints de cancer au plus près de leur domicile. Ils font partie du réseau Oncomip qui est chargé de mettre à disposition des professionnels de santé un cadre, une organisation et des outils communs pour harmoniser et améliorer leurs pratiques.

Le réseau de recherche regroupe plus de 60 équipes publiques et privées de recherche fondamentale, de recherche clinique et de recherche en transfert, spécialisées en cancérologie et notamment en biologie moléculaire et génétique, microenvironnement des tumeurs, hématologie et immunologie, thérapeutique expérimentale. Le dispositif comprend également un réseau d’enseignement, une fondation nationale reconnue d’utilité publique et un réseau de financeurs
Focus sur la recherche intégrée dont les trois composantes sont :
– la recherche fondamentale qui vise à comprendre les mécanismes qui aboutissent au cancer. Elle est à la base des progrès à long terme réalisés dans la lutte contre la maladie. Elle est représentée, entre autre, sur le site de l’Oncopole par le Centre de recherche en cancérologie de Toulouse.
– la recherche clinique, étape cruciale d’évaluation du traitement chez l’être humain. Elle est mise en œuvre une fois que les études précliniques effectuées en laboratoire ont été jugés satisfaisants.
– la recherche translationnelle, lien entre recherche fondamentale et clinique, permet d’accélérer le transfert des découvertes scientifiques aux soins du patient.
Le lien entre ces 3 activités favorise les avancées diagnostiques et thérapeutiques, ainsi que le transfert rapide des résultats de la recherche vers les patients.
Par ce nouveau maillage, les acteurs du cancer en Midi‐Pyrénées entendent lutter efficacement contre les cancers dont le nombre a presque doublé en 25 ans et s’adapter aux nouvelles prises en charge ambulatoires et au fort développement des soins au domicile.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.