L’insuffisance coronarienne au coeur de la recherche dijonnaise

Problème majeur de santé publique, l'insuffisance coronarienne devient un thème de recherche récurrent pour l'équipe du centre de cardiologie clinique et interventionnelle du CHU de Dijon. Les études portent sur toutes les phases de la pathologie et tout particulièrement sur son stade aigu. La complémentarité des travaux enrichit les connaissances scientifiques et ouvre des perspectives thérapeutiques. Ces contributions confortent aussi le rayonnement du centre qui espère, à terme, se structurer en équipe labellisée autonome.

Problème majeur de santé publique, l’insuffisance coronarienne devient un thème de recherche récurrent pour l’équipe du centre de cardiologie clinique et interventionnelle du CHU de Dijon. Les études portent sur toutes les phases de la pathologie et tout particulièrement sur son stade aigu. La complémentarité des travaux enrichit les connaissances scientifiques et ouvre des perspectives thérapeutiques. Ces contributions confortent aussi le rayonnement du centre qui espère, à terme, se structurer en équipe labellisée autonome.

Dans le domaine de l’insuffisance cardiaque, plusieurs approches complémentaires sont développées à partir des unités fonctionnelles expérimentations sur modèle animal, études multicentriques et suivi des patients de Côte d’Or.

L’étude de la physiopathologie de l’athérome coronarien et ses complications est approfondie sur un modèle animal, le lapin, par des chercheurs qui expérimentent les effets vasculaires de thérapeutiques telles que les stents et les statines
Les travaux sont menés en coopération avec le LPPCE (Laboratoire de physiopathologie et de pharmacologie cardiovasculaire expérimentale), d’autres équipes lyonnaises et le service de radiothérapie du Centre Leclerc.

Le centre participe également à des études multicentriques internationales sur de nouveaux médicaments, travaux fréquemment publiés par des journaux à forte notoriété.

L’ équipe anime l’Observatoire des Infarctus de Côte d’Or (RICO) en coopération avec les autres établissements publics et privés du département accueillant des infarctus myocardiques aigus : CH de Semur et CH de Beaune et clinique de Fontaine.
Dans ce registre sont consignés les éléments épidémiologiques de l’infarctus en Côte d’Or. Ce suivi permet d’évaluer les pratiques de soins et de les améliorer. Il débouche également sur des travaux de recherche clinique en coopération avec d’autres équipes du CHU ou extérieures.

L’équipe développe et évalue en coopération avec les autres équipes d’imagerie du CHU ( Pr Brunotte et col, Pr Krause et col) des nouvelles méthodes d’imagerie cardiaques (IRM Scanner) appliquées à une meilleure connaissance des cardiopathie ischémiques.

Enfin, l’équipe étudie les paramètres conduisant à l’apparition de l’insuffisance cardiaque d’étiologie ischémique pour une meilleure prise en charge des patients notamment au sein d’une UTIC (unité de traitement de l’insuffisance cardiaque)

Composition de l’équipe du Centre de Cardiologie clinique et interventionnelle du CHU de Dijon
Pr Cottin et Pr Wolf (Chef de service) , Dr Bonnet, Dr Eicher, Dr Gacon, Dr Laurent et Dr L’Huiller, Dr Bertaux, Dr Buffet, Dr Falcon-Eicher, Dr Soto, Dr Vincent Martin, Dr Barba, Dr Boujon, Dr Fargeot, Dr Goguey, Dr Morélon, Dr Nakos, Dr Lorgis, Dr Martel et Dr Voguet.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.