L’insuffisance coronarienne au coeur de la recherche dijonnaise

Problème majeur de santé publique, l'insuffisance coronarienne devient un thème de recherche récurrent pour l'équipe du centre de cardiologie clinique et interventionnelle du CHU de Dijon. Les études portent sur toutes les phases de la pathologie et tout particulièrement sur son stade aigu. La complémentarité des travaux enrichit les connaissances scientifiques et ouvre des perspectives thérapeutiques. Ces contributions confortent aussi le rayonnement du centre qui espère, à terme, se structurer en équipe labellisée autonome.

Problème majeur de santé publique, l’insuffisance coronarienne devient un thème de recherche récurrent pour l’équipe du centre de cardiologie clinique et interventionnelle du CHU de Dijon. Les études portent sur toutes les phases de la pathologie et tout particulièrement sur son stade aigu. La complémentarité des travaux enrichit les connaissances scientifiques et ouvre des perspectives thérapeutiques. Ces contributions confortent aussi le rayonnement du centre qui espère, à terme, se structurer en équipe labellisée autonome.

Dans le domaine de l’insuffisance cardiaque, plusieurs approches complémentaires sont développées à partir des unités fonctionnelles expérimentations sur modèle animal, études multicentriques et suivi des patients de Côte d’Or.

L’étude de la physiopathologie de l’athérome coronarien et ses complications est approfondie sur un modèle animal, le lapin, par des chercheurs qui expérimentent les effets vasculaires de thérapeutiques telles que les stents et les statines
Les travaux sont menés en coopération avec le LPPCE (Laboratoire de physiopathologie et de pharmacologie cardiovasculaire expérimentale), d’autres équipes lyonnaises et le service de radiothérapie du Centre Leclerc.

Le centre participe également à des études multicentriques internationales sur de nouveaux médicaments, travaux fréquemment publiés par des journaux à forte notoriété.

L’ équipe anime l’Observatoire des Infarctus de Côte d’Or (RICO) en coopération avec les autres établissements publics et privés du département accueillant des infarctus myocardiques aigus : CH de Semur et CH de Beaune et clinique de Fontaine.
Dans ce registre sont consignés les éléments épidémiologiques de l’infarctus en Côte d’Or. Ce suivi permet d’évaluer les pratiques de soins et de les améliorer. Il débouche également sur des travaux de recherche clinique en coopération avec d’autres équipes du CHU ou extérieures.

L’équipe développe et évalue en coopération avec les autres équipes d’imagerie du CHU ( Pr Brunotte et col, Pr Krause et col) des nouvelles méthodes d’imagerie cardiaques (IRM Scanner) appliquées à une meilleure connaissance des cardiopathie ischémiques.

Enfin, l’équipe étudie les paramètres conduisant à l’apparition de l’insuffisance cardiaque d’étiologie ischémique pour une meilleure prise en charge des patients notamment au sein d’une UTIC (unité de traitement de l’insuffisance cardiaque)

Composition de l’équipe du Centre de Cardiologie clinique et interventionnelle du CHU de Dijon
Pr Cottin et Pr Wolf (Chef de service) , Dr Bonnet, Dr Eicher, Dr Gacon, Dr Laurent et Dr L’Huiller, Dr Bertaux, Dr Buffet, Dr Falcon-Eicher, Dr Soto, Dr Vincent Martin, Dr Barba, Dr Boujon, Dr Fargeot, Dr Goguey, Dr Morélon, Dr Nakos, Dr Lorgis, Dr Martel et Dr Voguet.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.