L’interrégion EST sous le signe de la coopération

6 CHRU de l'interrégion EST : BESANCON, DIJON, NANCY, REIMS, STRASBOURG et METZ-THIONVILLE (CHR)s'associent pour développer l'attractivité et l'activité de leurs établissements par la mise en oeuvre d'actions communes en matière de soins, d'enseignement et de recherche.

6 CHRU de l’interrégion EST : BESANCON, DIJON, NANCY, REIMS, STRASBOURG et METZ-THIONVILLE (CHR)s’associent pour développer l’attractivité et l’activité de leurs établissements par la mise en oeuvre d’actions communes en matière de soins, d’enseignement et de recherche.

Le groupement est né d’une réflexion de plus de 3 ans associant les Directeurs Généraux, les Présidents de CME des 6 établissements concernés et les Doyens des 5 UFR. Son siège a été fixé au CHU de DIJON. Lors de l’assemblée constitutive du 23 juin, Pierre-Charles PONS, Directeur Général du CHU de Dijon a été élu administrateur du GCS pour une durée de 3 ans. Il est assisté d’un permanent.

Naissance d’une nouvelle communauté
Coopération, mutualisation, partages… Le GCS va faciliter les collaborations en matière de formation, d’enseignement, de mobilité des praticiens et la réalisation de programmes de recherche communs et de missions communes. Les accords vont aussi déboucher sur la mise en oeuvre d’activités médicales innovantes.

Chaque établissement animera des commissions thématiques
• Enseignement, formation, mobilité des praticiens (Reims)
• Recherche, Innovation (Dijon, Nancy)
• Qualité, Evaluation des Pratiques Professionnelles (Besançon, Metz)
• Gestion documentaire (Nancy)
• Système d’information Hospitalier (Srasbourg)

Premières réalisations
Tous les CHRU ne pouvant investir dans toutes les techniques de pointe, le schéma interrégional d’organisation sanitaire a confié au GCS la préparation du projet médical interrégional concernant les activités de chirurgie cardiaque, de greffes d’organes et de cellules hématopoïétiques, de neurochirurgie et neuroradiologie interventionnelle et de grands brulés. Ce projet médical interrégional devra notamment décrire les filières et les modalités de coopération afin que tous les patients bénéficient des meilleurs soins et accèdent aux dernières innovations.

Les commissions ont également planché sur une stratégie de développement de l’innovation médicale dans l’interrégion et sur le suivi et la montée en puissance de la production scientifique de l’interrégion grâce au logiciel SIGAPS utilisé dans tous les CHR et U.
En préparation : une concertation sur les appels à projets pour les Centres Nationaux de Référence et les centres de compétences avec, à terme, la volonté de proposer un maillage harmonieux du territoire interrégional fondé sur les compétences et sur l’organisation du travail en réseau autour des maladies rares.

Un réseau ALZHEIMER, coordonné par REIMS, avec un référent désigné dans chaque établissement facilitera la mise en place du plan Alzheimer ainsi que la recherche et de la formation.

Au programme également la volonté de doper la recherche clinique et de resserrer les liens avec les Universités, l’Inserm, le CNRS et les industriels de santé. Pour atteindre ces objectifs le GCS développera les activités de la Direction de la Recherche Clinique et du Développement, impliquera la Commission Scientifique interrégionale pour la gestion du Programme Hospitalier de Recherche Clinique et les recherches à promotion institutionnelle. Le GCS a également en perspective l’installation d’un centre interrégional de Gestion des essais industriels sur les produits de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.