L’IRM 3 Tesla : des diagnostics plus précis et de nombreux projets de recherche à la clé

Le CHRU de Brest vient d’investir 2.2 millions d’euros dans une toute nouvelle IRM 3 tesla, formidable outil au service des patients, des radiologues, cliniciens et chercheurs.

Le CHRU de Brest vient d’investir 2.2 millions d’euros dans une toute nouvelle IRM 3 tesla, formidable outil au service des patients, des radiologues, cliniciens et chercheurs.
Installé depuis juin 2011 dans les murs du service de Radiologie de l’Hôpital de la Cavale Blanche, l’IRM 3 Tesla est caractérisée par son champ magnétique deux fois plus puissant que celui des deux autres IRM du CHRU. L’équipement renseigne sur la structure des organes et tissus et  sa précision fait la différence en imagerie cérébrale, cardiaque, vasculaire, ostéoarticulaire, abdominale et pelvienne.
Certains examens ont ainsi bénéficié d’un gain diagnostique significatif. D’autres peuvent être encore réalisés sur l’IRM 1,5 Tesla. Le partage entre les deux IRM se fait progressivement, à mesure de l’expérience acquise.

IRM 3 Teslas : les innovations majeures

L’IRM fonctionnelle (IRMf) cérébrale permet d’établir une cartographie atraumatique précise des zones motrices, sensitives, cognitives du cerveau et de repérer les zones « sensibles » avant une intervention neurochirurgicale.
 L’IRM corps entier trouvera progressivement ses indications en cancérologie après une nécessaire phase d’évaluation.
L’imagerie métabolique: la spectroscopie par résonance magnétique, couplée à l’imagerie, permet d’étudier la composition chimique des tissus et améliore encore la précision des diagnostics.
L’imagerie de diffusion permet de détecter très précocement les variations des mouvements de l’eau, perturbés notamment dans les pathologies tumorales et vasculaires ; les trajets des fibres nerveuses peuvent être également reconstruits.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.