Lits accompagnants, cobedding, Nidcap… innovations en néonatalogie

En réanimation, le nouveau-né est l’objet de toutes les attentions. Les parents de nourrissons sont étroitement associés aux soins et des lits accompagnant sont mis à leur disposition dans le cadre du programme Nidcap. L'unité expérimente aussi le « cobedding » pour les jumeaux !

En réanimation, le nouveau-né est l’objet de toutes les attentions. Les parents de nourrissons sont étroitement associés aux soins et des lits accompagnant sont mis à leur disposition dans le cadre du programme Nidcap. L’unité expérimente aussi le « cobedding » pour les jumeaux !
La néonatalogie évolue, et le service du CHU de Nantes n’est pas en reste, avec notamment trois innovations et projets de recherche autour du nouveau-né.
Dans le cadre d’un diplôme  interuniversitaire (DIU) « Initiation aux soins de développement » Charlotte Audran, infirmière et Véronique Castaing, puéricultrice ont initié un projet visant à améliorer l’hospitalisation des nouveau-nés en réanimation. Leurs parents ont le statut de partenaires de soins et sont associés à la prise en charge du nourrisson, selon leur disponibilité. L’équipe a aussi introduit un lit accompagnant à demeure dans la chambre de l’enfant. Les trois premiers ont été installée en avril 2012, avec une charte de fonctionnement pour organiser la présence des parents. Ces derniers s’intègrent ainsi à l’univers de leur bébé, dont ils peuvent être plus proches : « le lit apporte aussi un apaisement aux parents, sa présence rassurante facilite les relations avec l’équipe et la participation des parents aux soins de leur enfant. »
Parallèlement, le service de néonatalogie (Dr Jean-Baptiste Muller) débute l’implantation du Nidcap (programme individualisé d’évaluation et de soutien au développement) dont le bénéfice à court terme est prouvé : des soignants formés observent le comportement du nouveau-né avant et après un soin afin d’établir pour chaque enfant un programme individualisé de soins, en collaboration étroite avec les parents. Objectif : rendre l’enfant prématuré et sa famille acteurs de son développement et l’optimiser.
Enfin, entre 2008 et 2012, Arnaud Legrand et Evelyne Gauvard, attaché et infirmière de recherche clinique, ont mené une étude sur le « cobedding », qui consiste à placer des jumeaux prématurés dans le même incubateur. L’étude comparative entre 15 paires de jumeaux pris en charge de cette façon et 17 pris en charge en incubateurs séparés a permis de constater un réel bénéfice dans le premier cas, avec notamment une durée d’hospitalisation significativement réduite.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.