Livre blanc des CHU : Invitation presse

Monsieur Paul Castel, Président de la Conférence des Directeurs Généraux de Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires et Monsieur le Professeur Pierre Fuentes, Président de la Conférence des Présidents des Commissions Médicales d'Etablissement de CHU convient les journalistes au lancement du Livre blanc des CHU, jeudi 20 avril 2006 à 10h30, à la Fédération Hospitalière de France (FHF), 33 avenue d'Italie, 75013 PARIS, Place d'Italie (lignes 5, 6, ou 7) ou Tolbiac (ligne 7).

Monsieur Paul Castel, Président de la Conférence des Directeurs Généraux de Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires et Monsieur le Professeur Pierre Fuentes, Président de la Conférence des Présidents des Commissions Médicales d’Etablissement de CHU convient les journalistes au lancement du Livre blanc des CHU, jeudi 20 avril 2006 à 10h30, à la Fédération Hospitalière de France (FHF), 33 avenue d’Italie, 75013 PARIS, Place d’Italie (lignes 5, 6, ou 7) ou Tolbiac (ligne 7).

Au moment où les dépenses de l’assurance maladie font l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics et où un récent sondage place une fois de plus l’hôpital en tête des services publics les plus appréciés des français*, les responsables des CHU, à travers la Conférence des Directeurs Généraux, en partenariat avec la Conférence des Présidents de Commissions Médicales d’Etablissement, éditent un livre blanc sur l’expertise et l’efficience de leur gestion.

Déjà reconnus pour leurs performances en matière de soins de recours, d’innovation et de recherche, les CHU méritent aussi d’être considérés comme des pôles d’excellence en management. Le document présente en 80 pages les initiatives adoptées pour améliorer les résultats économiques dans 8 secteurs majeurs : stratégie, recherche-innovation, finances, architecture, ressources humaines, logistique-achats, systèmes d’information et management-qualité.

Nombreux exemples à l’appui, les CHU démontrent leur capacité à transformer radicalement leurs organisations pour optimiser leurs ressources et gagner en productivité tout en assurant aux malades un service de meilleure qualité.

L’ouvrage dément clairement les idées reçues : les CHU ne sont pas des boîtes noires consommatrices de moyens mais de grandes entreprises publiques, dynamiques et transparentes.

*Sondage CSA/ France Europe Express/ France Info du 23 novembre 2005

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.