Lombalgie chronique : des chercheurs mettent au point un nouveau traitement qui allège la douleur

Une équipe parisienne vient de montrer l'efficacité d'une infiltration de corticoïdes directement dans le disque intervertébral lombaire des patients diminue la douleur à un mois. L'étude a été menée sur 135 patients. Ce progrès vient consacrer 20 ans de recherche.
Une équipe parisienne vient de montrer l’efficacité d’une infiltration de corticoïdes directement dans le disque intervertébral lombaire des patients diminue la douleur à un mois. L’étude a été menée sur 135 patients. Ce progrès vient consacrer 20 ans de recherche.
1ère cause de handicap dans la population française et mondiale de plus de 40 ans, la lombalgie chronique touche 5 millions de patients en France dont 20% environ souffrent d’une discopathie active. Les traitements actuellement recommandés dans la lombalgie chronique sont essentiellement physiques en se focalisant sur l’amélioration de la fonction et le retour au travail.
Une équipe AP-HP/Inserm/Université Paris Descartes, sous la direction des Pr Serge Poiraudeau et François Rannou, du service de rééducation-réadaptation de l’appareil locomoteur et des pathologies du rachis à l’hôpital Cochin (AP-HP), a mené un essai thérapeutique pharmacologique auprès de sur 135 patients souffrant de lombalgie chronique. Les résultats ont montré un allègement de la douleur à un mois. La revue Annals of Internal Medicine rend compte de cette avancée, le mardi 21 mars 2017.
Ce travail est le fruit d’une recherche d’une vingtaine d’années associant l’AP-HP, l’Inserm et l’Université Paris Descartes. Les équipes ont d’abord pu montrer dans les années 90 que les cellules du disque intervertébral étaient capables chez l’animal de produire des médiateurs de l’inflammation. Dans un deuxième temps, elles ont pu décrire les caractéristiques cliniques des patients lombalgiques chroniques en raison d’une inflammation discale, c’est-à-dire le concept de discopathie active. 
Pour le Pr François Rannou, « le prochain challenge réside dans un nouvel essai visant à obtenir un effet symptomatique à long terme et peut être structural sur la discopathie, c’est l’objet d’un essai européen H2020 qui débute ».  
D’après un communiqué de l’AP-HP

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.