Vieillissement : David Meyre et Magnus Bäck, 2 chercheurs lauréats

David Meyre, un Français actuellement au Canada et Magnus Bäck, le Suédois, sont les deux chercheurs sélectionnés pour AG.I.R., le programme lorrain de recherches sur le vieillissement des organes et des tissus. La sélection officielle a été rendue publique lundi 2 mars 2015 par Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine

David Meyre, un Français actuellement au Canada et Magnus Bäck, le Suédois, sont les deux chercheurs sélectionnés pour AG.I.R., le programme lorrain de recherches sur le vieillissement des organes et des tissus. La sélection officielle a été rendue publique lundi 2 mars 2015 par Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine et Bernard Dupont, Directeur général du CHRU de Nancy en présence de médecins chercheurs et responsables de laboratoires lorrains (Unités INSERM, CNRS, CIC, Fédération de Recherche…), partenaires du programme.  
David Meyre (39 ans) : professeur associé au Département d’Epidémiologie Clinique & Biostatistiques de la célèbre Université McMaster, à Hamilton au Canada. Ses recherches portent sur les gènes de prédisposition à l’obésité, leurs interactions avec les facteurs environnementaux et la réponse aux traitements de l’obésité. Pour lui, la menace en santé publique, pour les personnes de plus de 65 ans (1/3 de la population mondiale en 2050) est l’obésité aux conséquences multiples. Le chercheur ambitionne pour AG.I.R la mise en évidence de biomarqueurs prédictifs de la maladie afin de concevoir des stratégies thérapeutiques personnalisées, en particulier pour les patients dont l’obésité est traitée chirurgicalement au CHRU de Nancy (chirurgie bariatrique).
Magnus Bäck (42 ans) : médecin-chercheur, professeur associé en cardiologie, il dirige la recherche d’un Centre de médecine moléculaire du célèbre Institut du Karolinska à Stockholm en Suède. Ses recherches sont centrées sur les médiateurs lipidiques et les processus de calcification des vaisseaux et des valves cardiaques qui accompagnent le vieillissement. Pour lui, la question de fond  à résoudre est celle du mécanisme et de la prévention de ces calcifications cardiovasculaires qui sont la source d’une dysfonction et de possibles accidents cardiovasculaires. Sa priorité pour le programme AG.I.R. est la prévention de  l’obstruction des artères et de certaines valves cardiaques.
Ces deux candidats ont retenu l’attention du comité scientifique grâce à leur niveau d’excellence, leur expérience managériale et leur volonté de s’intégrer dans le tissu scientifique lorrain. Leur présence en Lorraine contribuera à accroître le nombre de chercheurs de haut niveau dans la Région sur la thématique du vieillissement normal et pathologique, une orientation volontairement translationnelle (recherche fondamentale et recherche clinique), et transdisciplinaire (biologie, santé, informatique, mathématiques, chimie,  sciences humaines et sociales) au service d’une médecine personnalisée assurant une meilleure qualité de vie aux patients.
AG.I.R. (AGing, Innovation & Research) est un programme lorrain soutenu par le CHRU de Nancy, l’Université de Lorraine, la Région Lorraine et le Grand Nancy. L’appel d’offres international, une première pour la région coordonné avait été lancé en juillet 2014 par les Prs Patrick Netter, directeur du Pôle Biologie Médecine Santé (BMS) de l’Université de Lorraine et Athanase Benetos, chef du service gériatrie du CHRU de Nancy. Le comité scientifique international présidé par Pierre Corvol, professeur au Collège de France avait auditioinné les postulants en décembre 2014.
Après délibérations, le comité scientifique a choisi deux lauréats de réputation mondiale qui vont démarrer leur programme de recherche dans le cadre d’AG.I.R. dès juin prochain en Lorraine. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.