L’Unité de neuromyologie du CHU fête ses 10 ans

Cet anniversaire est l'occasion pour le Dr Rémi Bellance de rappeler que 10 ans ont suffi pour transformer la première consultation multidisciplinaire dédiée au maladies neuromusculaire de Martinique en un pôle de référence en mesure d'apporter diagnostic et soins de haute technicité aux patients.

Cet anniversaire est l’occasion pour le Dr Rémi Bellance de rappeler que 10 ans ont suffi pour transformer la première consultation multidisciplinaire dédiée au maladies neuromusculaire de Martinique en un pôle de référence en mesure d’apporter diagnostic et soins de haute technicité aux patients.

Des services qui s’étoffent au fil des ans
La première consultation multidisciplinaire et de l’unique laboratoire de la région spécialisé dans les maladies neuromusculaires ont été ouverts grâce au soutien massif de l’Association Française des Myopathies (AFM) et à la contribution du Conseil Général de la Martinique. L’accès et la qualité des soins s’en trouvaient immédiatement améliorés.

L’aide de l’AFM a également permis de créer la banque d’ADN. Petit à petit, le noyau de spécialistes regroupés en équipe pluridisciplinaire s’étoffe.

Désormais, leurs compétences couvrent l’essentiel des besoins au travers d’une consultation de psychologie médicale, de génétique, de nutrition, de neuropsychologie.

Loin d’être sectaire et repliée sur elle-même, cette unité accueille une consultation de neuropédiatrie et plus récemment une consultation de neurogénétique. Au total, une vingtaine d’intervenants mettent leur compétence et leur dévouement à la disposition des patients.

L’unité de neuromyologie du CHU de Fort-de-France a largement contribué à la mise en place de structures comme les consultations multidisciplinaires de Guadeloupe et de Guyane. Par ses missions et ses capacités d’accueil, elle permet d’apporter aux patients des îles voisines, principalement Sainte Lucie et la Dominique, voir les îles lointaines , le diagnostic et les soins de haute technicité.

« Notre pari est de mettre en place un pôle de référence complet, accessible au plus grand nombre grâce à une coopération régionale harmonieuse. Une telle prise en charge médicale reste la base pour permettre l’épanouissement des patients, le plus souvent des jeunes enfants et des familles, atténuant le poids de la maladie en attendant de disposer de traitements curatifs » conclut le Dr Bellance qui relève le défi !

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.