Lutte contre le cancer : la nouvelle feuille de route sur 10 ans

Ce jeudi 4 février 2021, à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, Emmanuel Macron a dévoilé la stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021-2030. Celle-ci sera coordonnée par l’Institut national du cancer avec pour la première fois des objectifs chiffrés.

Ce jeudi 4 février 2021, à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, Emmanuel Macron a dévoilé la stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021-2030. Celle-ci sera coordonnée par l’Institut national du cancer avec pour la première fois des objectifs chiffrés.
Alors que plus de 3,8 millions de Français vivent ou ont eu à vivre avec un cancer, ce plan décennal sous le pilotage des ministres des Solidarités et de la Santé et de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ce plan décennal vise ainsi en pratique à:
• réduire de 60 000 par an le nombre de cancers évitables à horizon 2040 (le nombre de cancers évitables est aujourd’hui estimé à environ 153 000 par an) ;
• dépister un million de personnes en plus par an à partir de 2025 (9 millions de dépistages sont réalisés chaque année) ;
• réduire de 2/3 à 1/3 la part des patients souffrant de séquelles 5 ans après un diagnostic ;
• infléchir significativement le rythme de progression du taux de survie des cancers de plus mauvais pronostic, à horizon 2030.

Une stratégie en quatre axes

Pour atteindre ces objectifs, la stratégie se déploiera sur quatre principaux axes : 
– améliorer la prévention, primaire comme secondaire,
– limiter les séquelles et améliorer la qualité de vie des patients,
– lutter contre les cancers de mauvais pronostic chez l’adulte et chez l’enfant,
– S’assurer que les progrès en matière de lutte contre les cancers bénéficient à tous
« Combattre les cancers, c’est s’attaquer à tout ce que ces maladies brisent, bousculent, marquent, endeuillent. C’est relever le défi de la prévention, améliorer la prise en charge des patients, combattre les conséquences de la maladie, ses séquelles tant médicales que dans la vie quotidienne», a souligné Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé. Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation, s’est félicitée, quant à elle, d’une stratégie «qui permet de consacrer la recherche contre les cancers comme une priorité pour la France. Les innovations à venir sont porteuses d’espoirs notamment grâce au continuum recherche-soins qui permettra d’apporter une réponse personnalisée au besoin de chaque patient»

1,74 milliards d’euros pour 2021 à 2025

Une première feuille de route à 5 ans, détaillant les actions pour les années 2021-2025, sera décrite dans un décret publié ce vendredi 5 février 2021. Elle sera dotée d’1,74 milliards d’euros, soit une augmentation de près de 20% par rapport au précédent Plan cancer 2014-2019.

Cet engagement inédit de la France dans la lutte contre les cancers s’ajoutera à l’engagement européen annoncé par la Commission européenne le mercredi 3 février 2021.

Pour en savoir plus :
Le dossier de presse
La feuille de route
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Panneau photovoltaïque

Le CHU durable, ou la nécessité de se tourner vert l’avenir

Installation de panneaux photovoltaïques, réduction des déchets, plan d’actions quinquennal etc. Comme d’autres établissements en France, et dans une période de nécessaire appropriation de solutions durables, le CHU de Clermont-Ferrand a pris le train en marche de l’éco-responsabilité. Si beaucoup reste à faire, quelques initiatives sont déjà à mettre à son crédit.

Chirurgie de l’obésité : une nouvelle expérimentation pour accompagner les patients aux HCL

Le Centre Intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique Les Lilas Bleus participent, aux côtés des CHU de Toulouse et de Lille, à la mise en œuvre de l’expérimentation Article 51 national « Baria-Up », pour une durée de cinq ans. Ce premier parcours d’accompagnement de longue durée pour la chirurgie de l’obésité a accueilli en février ses deux premiers patients.