Lutte contre le psoriasis : les traitements innovants des HCL

A l'occasion de la journée mondiale du psoriasis, l'association pour la lutte contre le psoriasis organise des conférences réunissant patients et médecins. Objectifs : parler de cette maladie pas facile à vivre et faire le point sur les traitements actuels, dont certains sont à la pointe de l'innovation. Les interventions se dérouleront jeudi 29 octobre 2009 de 17h00 à 21h au Grand Réfectoire de l'Hôtel-Dieu - Hospices Civils de Lyon (HCL)- 1, place de l'hôpital à Lyon 2ème. L'entrée est gratuite.

A l’occasion de la journée mondiale du psoriasis, l’association pour la lutte contre le psoriasis organise des conférences réunissant patients et médecins. Objectifs : parler de cette maladie pas facile à vivre et faire le point sur les traitements actuels, dont certains sont à la pointe de l’innovation. Les interventions se dérouleront jeudi 29 octobre 2009 de 17h00 à 21h au Grand Réfectoire de l’Hôtel-Dieu – Hospices Civils de Lyon (HCL)- 1, place de l’hôpital à Lyon 2ème. L’entrée est gratuite.


Pas facile de vivre avec le psoriasis !
La peau se recouvre de plaques rouges, épaisses et rugueuses, avec pour zones de prédilection les coudes, les genoux et le cuir chevelu. Dans les formes sévères, les plaques s’étendent progressivement, jusqu’à toucher parfois la totalité du corps. L’effet inesthétique, associé à des démangeaisons, et parfois à des rhumatismes inflammatoires chroniques (psoriasis rhumatismal) font du psoriasis une maladie très invalidante, qui compromet la qualité de vie des patients. Pas moins de 2 millions de patients sont concernés (2 à 3 % de la population).

Des traitements innovants au Centre Hospitalier Lyon-Sud
L’unité de Recherche Clinique en Immunologie du Centre Hospitalier Lyon-Sud (URCI-LS) a été la première à Lyon à proposer les biothérapies, dans le cadre d’études cliniques. Ce matériel thérapeutique, produit à partir d’organismes vivants, est un relais en cas d’échec, intolérance ou contre-indication aux traitements précédents. Les biothérapies, proposées en injection sous-cutanée ou sous perfusion, visent à bloquer la formation des lésions en ciblant différents stades du processus inflammatoire responsable de la formation des plaques.

Les études actuelles s’orientent vers la recherche de nouvelles biothérapies ciblant plus en amont le processus inflammatoire du psoriasis cutané et rhumatismal, et offrent ainsi aux patients des alternatives thérapeutiques.

Toujours à la recherche de nouvelles stratégies pour traiter les malades, l’URCI-LS travaille en partenariat avec l’industrie du textile pour tenter de développer des textiles fonctionnels contenant des nanoparticules de produits traitants. Un pyjama traitant permettrait ainsi de délivrer le produit la nuit sans nécessiter les bilans préalables aux traitements systémiques ou sans avoir la corvée quotidienne des soins locaux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.