Lutte contre les douleurs post-opératoires du dos et des jambes, Poitiers à l’avant-garde

Sur trois cents dossiers déposés, celui du Centre hospitalier universitaire de Poitiers a été retenu avec cinq autres par le ministère de la santé (direction générale de l’offre de soins) au titre du programme de soutien aux techniques innovantes et coûteuses (STIC) 2011.

Sur trois cents dossiers déposés, ESTIMET, projet du docteur Philippe Rigoard, neurochirurgien au Centre hospitalier universitaire de Poitiers a été retenu avec cinq autres par le ministère de la santé (direction générale de l’offre de soins) au titre du programme de soutien aux techniques innovantes et coûteuses (STIC) 2011.
ESTIMET s’intéresse à la stimulation médullaire multidirectionnelle (ou tripolaire transverse) dans le traitement des patients souffrants de lombo-radiculalgies chroniques.
Pathologies fréquentes, les douleurs post-opératoires du dos et des jambes, appelées «lombo-radiculalgies post-opératoires» génèrent un handicap sévère pour le patient et représentent un enjeu économique de santé publique majeur (13% des arrêts de travail de durée moyenne en rapport avec une atteinte rachidienne).
Chez ces patients, la neurostimulation médullaire peut apporter un soulagement de la composante de sciatique post-opératoire en cas d’échec des autres traitements. En revanche, le soulagement de la composante lombaire des douleurs reste rare et totalement aléatoire avec la stimulation médullaire conventionnelle. C’est pourtant cette composante lombalgique résiduelle qui représente aujourd’hui le principal facteur limitant une réinsertion sur le plan social et professionnel chez ces patients, avec toutes les conséquences médico-économiques qui en découlent. Il a été récemment démontré dans une étude pilote menée au CHU de Poitiers qu’un nouveau type de stimulation médullaire, appelée « stimulation multi-colonnes », pouvait prétendre soulager non seulement la douleur de sciatique, mais aussi celle du dos chez ces malades.
Cent quinze patients souffrant de lombo-radiculalgies post-opératoires réfractaires à toute forme de prise en charge thérapeutique et implantés d’une stimulation « multi-colonnes » seront inclus dans l’étude ESTIMET. Son but sera d’évaluer l’efficacité de cette technique et d’en dégager l’impact médico-économique pour le système de soins français.
Cette étude, financée à hauteur de 1,9 millions d’euros par le ministère de la santé, se déroulera sur deux ans, dans quatorze centres en France, dont le CHU de Poitiers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.