Lutte contre les Infections Nosocomiales : Toulouse en tête

Le Ministre de la Santé et des Solidarités vient de publier le tableau de bord des infections nosocomiales. Les CHU de Toulouse et de Brest arrivent en tête des CHU. Le CHU de Toulouse est classé dans la catégorie A avec une note de 100 sur 100 concernant l'indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales « ICALIN».

Le Ministre de la Santé et des Solidarités vient de publier le tableau de bord des infections nosocomiales. Les CHU de Toulouse et de Brest arrivent en tête des CHU. Le CHU de Toulouse est classé dans la catégorie A avec une note de 100 sur 100 concernant l’indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales « ICALIN».

Ce résultat est à mettre au crédit du dispositif efficace dans la lutte contre les infections nosocomiales mis en place de longue date par le CHU de Toulouse.

Une politique qualité organisée au CHU
Le CHU de Toulouse développe une politique qualité qui constitue un des volets importants du Projet d’Etablissement 2005-2009. Dans ce cadre, un conseil de la qualité et de l’évaluation des pratiques professionnelles coordonne les différentes instances qui ont un objectif d’amélioration de la qualité, notamment le CHSCT (Comité d’Hygiène et de Sécurité des Conditions de Travail), le Comité
de Gestion des Risques et le Comité de Lutte contre les Infections
Nosocomiales (CLIN) dont la présidente est membre de cette instance.

Concernant les infections nosocomiales, il existe sur le CHU un dispositif organisé :

– le CLIN dont la création est ancienne puisque la première instance a été créée dès 1973 sous la forme d’un CLI (Comité de Lutte contre les Infections) et sa forme actuelle, le CLIN depuis 1992.
Cette instance a un rôle de suivi et de maîtrise des infections, notamment par le biais d’audits, de formulation de réglementation (protocoles) et de suivi de problèmes ponctuels (exemple : opération de travaux)
– des équipes opérationnelles d’hygiène sont présentes sur chaque site hospitalier et sont constituÈes de médecins, d’infirmières et de cadres soignants.

Parallèlement à cette organisation, des indicateurs en matière d’infections sont régulièrement suivis, notamment dans le cadre du COM (Contrat d’Objectifs et de Moyens) et du programme de lutte contre les Infections Nosocomiales telles qu’il résulte de la circulaire du 13 décembre 2004.
Le CHU travaille également en liaison avec la tutelle l’ARH (remontée
d’informations), ainsi qu’avec le C-CLIN qui est une structure
inter-régionale.

Désormais, dans le cadre du suivi des infections, la Direction de
l’Hospitalisation (DHOS) propose un indicateur pour les Infections
Nosocomiales ICALIN
(indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales) qui classe les établissements hospitaliers français. Ce classement est calculé sur la base des rapports d’activité adressés par les hôpitaux. Il comporte 5 classes de A à E et une échelle sur 100 points.

Cet indicateur est le premier d’une série de 5 qui compose le tableau de bord de suivi des infections nosocomiales prévu par le plan national 2005-2008.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.