Lutter contre la désertification médicale : les attentes des élus envers le GHT de l’Est-Hérault et du Sud-Aveyron

Le Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) de l’Est-Hérault et du Sud-Aveyron réunit 9 hôpitaux autour du CHU de Montpellier, établissement support. Son projet médical en cours d’élaboration intègrera les préoccupations des élus. Réunis en comité territorial, le 1 octobre 2016, ils ont fait connaître leurs préoccupations et tout particulièrement la crainte d’une désertification médicale de certaines zones.
Le Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) de l’Est-Hérault et du Sud-Aveyron réunit 9 hôpitaux autour du CHU de Montpellier, établissement support. Son projet médical en cours d’élaboration intègrera les préoccupations des élus. Réunis en comité territorial, le 1 octobre 2016, ils ont fait connaître leurs préoccupations et tout particulièrement la crainte d’une désertification médicale de certaines zones

Très concrètement, ils attendent que le GHT garantisse à toute personne résidant dans l’Est de l’Hérault et le Sud de l’Aveyron, un égal accès à des soins de qualité, aux plateaux techniques et aux spécialistes, dans les délais nécessaires. Ils espèrent que la coopération assurera la pérennité et, si besoin, le renforcement des ressources médicales dans les hôpitaux mais aussi pour la médecine de ville. L’objectif est de renforcer l’attractivité médicale sur l’ensemble du GHT grâce notamment au développement des coopérations avec le CHU de Montpellier, établissement support. 

Le GHT doit permettre de délivrer le bon soin au bon patient dans le bon établissement en fonction de l’urgence et de la complexité de la prise en charge. Pour cela, les établissements travaillent ensemble à la structuration des filières de soins au sein du territoire notamment en cancérologie et dans des disciplines spécialisées telles que l’hématologie ou la pneumologie. Le GHT ne doit pas supprimer des établissements ni les fusionner mais aider à coordonner le travail des équipes pour faciliter le parcours des patients.

Les représentants des collectivités sont aussi favorables au développement de la télé-expertise, qui permet à tous les patients de bénéficier de l’avis des spécialistes sans se déplacer (télé-imagerie, télé-gérontologie par exemple). 

Ces attentes seront intégrées au projet médical partagé du GHT, dont les grandes orientations doivent être présentées à la Directrice Générale de l’Agence Régionale de Santé pour le 1er janvier 2017. 

Des élus impliqués en faveur d’une égale prise en charge des patients
Le comité territorial des élus réunit 31 représentants des collectivités territoriales impliquées dans le GHT : région, départements de de l’Hérault et de l’Aveyron, intercommunalités et communes. Il réunit également les directeurs des établissements membres du GHT et des représentants des médecins exerçant dans ces hôpitaux. Il a vocation à formuler des propositions et à évaluer les actions mises en œuvre par le groupement. 

Le Groupement Hospitalier de Territoire (ou « GHT ») Est-Hérault-Sud-Aveyron réunit neuf établissements publics de santé : les Hôpitaux du Bassin de Thau (Sète et Agde), les Centres Hospitaliers de Clermont-l’Hérault, Lodève, Lunel, Millau, le CH Emile Borel à Saint-Affrique, l’hôpital Maurice Fenaille à Séverac-le-Château, le CH  Paul Coste Floret à Lamalou-les-Bains ainsi que le Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier. 

La constitution des Groupements Hospitaliers de Territoire a pour objectif de renforcer les coopérations entre les établissements publics de santé du territoire afin de garantir l’égalité́ d’accès à des soins sécurisés et de qualité́ et de coordonner l’offre de soins avec un accès facilité aux fonctions de recours et de référence. Elle vise également à permettre aux hôpitaux de mettre en commun certaines fonctions, par exemple les achats, le système d’information ou encore la formation initiale et continue des professionnels de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.