Lyon: bienvenue au nouveau pavillon H de l’hôpital Edouard Herriot !

Pierre angulaire du projet de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot, le tout nouveau pavillon H a accueilli ses premiers patients début septembre. Cet imposant bâtiment de18 000 m2, fruit de 4 ans de travaux, a été imaginé par l’architecte Michel Remon et par le spécialiste de l’architecture des Monuments Historiques François Chatillon pour préserver l’intégrité patrimoniale du site classé de l'établissement lyonnais. En tout, plus de 600 professionnels travailleront à terme au sein de ce nouveau vaisseau amiral des Hospices Civils de Lyon.
Pierre angulaire du projet de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot, le tout nouveau pavillon H a accueilli ses premiers patients début septembre. Cet imposant bâtiment de18 000 m2, fruit de 4 ans de travaux, a été imaginé par l’architecte Michel Remon et par le spécialiste de l’architecture des Monuments Historiques François Chatillon pour préserver l’intégrité patrimoniale du site classé de l’établissement lyonnais. En tout, plus de 600 professionnels travailleront à terme au sein de ce nouveau vaisseau amiral des Hospices Civils de Lyon.
La plupart des activités chirurgicales et d’imagerie jusque-là dispersées sur plusieurs pavillons est désormais regroupée sur un plateau technique unique avec des capacités d’accueil totalement rénovées: 20 salles de bloc opératoire multidisciplinaires, 2 services de réanimation, médicale et chirurgicale, un service de chirurgie d’urgence, un plateau de chirurgie ambulatoire et des équipements de pointe d’imagerie d’urgence et interventionnelle.

Claire, 1ère patiente opérée au sein du pavillon H, accueillie par Valérie Durand-Roche, Directrice de l’hôpital Edouard Herriot 

Un plateau technique high-tech et 3 parcours patients

Les équipes de chirurgie digestive, ORL et urologique ont été les premières à investir le bâtiment flambant neuf. La plateforme de chirurgie ambulatoire située au 1er étage a ouvert ses portes le 4 septembre. Les premiers patients de réanimation seront à leur tour accueillis le 12 septembre, puis les emménagements se feront progressivement jusqu’à l’arrivée des activités de l’hôpital Desgenettes (chirurgie orthopédique, viscérale et ORL; réanimation et anesthésie) courant novembre.
La très grande majorité des patients opérés sur l’hôpital Edouard Herriot  bénéficie désormais d’un plateau technique partagé high-tech et organisé de façon concertée avec l’ensemble des services et spécialités chirurgicales, autour de trois parcours patients: Déchoquage et Chirurgie d’urgence, Hospitalisation conventionnelle et Ambulatoire.
L’amplitude horaire des salles d’opérations en programmé a également été étendue de 7 heures à plus de 9 heures. 

Encore plus de chirurgie ambulatoire 

Au-delà de l’organisation des circuits et de l’aménagement des locaux, de nouvelles fonctions paramédicales ont vu le jour (régulateur du bloc, préparateur en pharmacie au bloc, cadre de programmation…) impliquant des compétences spécifiques, une nouvelle répartition des rôles et permettant de professionnaliser des missions clés.   

Avec l’ouverture du pavillon H, l’Hôpital Edouard Herriot est désormais doté d’un plateau de chirurgie ambulatoire totalement neuf et de grand confort. Le service s’organise autour de différentes chambres pour deux patients, d’un espace fauteuils de 10 places et d’un espace collation convivial.

Un accueil de 5500 patients par an

En tout, ce sont plus de 5500 patients qui seront pris en charge sur une année complète, par des praticiens de l’hôpital  Edouard Herriot, et, à compter de novembre, de l’hôpital Desgenettes, dans les disciplines suivantes: orthopédie, chirurgie digestive, viscérale et proctologique, urologie, chirurgie vasculaire, ORL, dermatologie et radiologie interventionnelle.  
Désormais et comme sur les autres sites des HCL, tout patient opéré à l’hôpital Edouard Herriot devant être hospitalisé ensuite, pourra passer la nuit précédant l’acte confortablement chez lui, s’il ne présente pas de contre-indication. 
 
Le matin de son intervention, après qu’un(e) infirmier(e) ait vérifié que les conditions préopératoires ont bien été respectées, le patient est accueilli dans l’un des deux « salons d’accueil » situés au 1er étage du pavillon. 

Un centre de traumatologie d’exception

Au rez-de-chaussée du pavillon H, tout a été conçu pour permettre la prise en charge optimale des patients polytraumatisés et grands blessés, dans un lieu unique rassemblant l’ensemble des compétences médicales et des équipements nécessaires.  
L’accès des patients se fait très simplement, grâce à l’hélistation installée en toiture et à l’accès ambulances à l’arrière du pavillon. La prise en charge est ensuite organisée autour d’une grande salle de déchoquage (100 m²), disposant des équipements de pointe permettant aux anesthésistes-réanimateurs de prendre en charge de façon simultanée jusqu’à 5 patients.   

Deux services de réanimations à la pointe

Le pavillon H dispose de deux services de réanimation. Le service d’anesthésie et de réanimation chirurgicale rassemble 20 lits de réanimation, 15 lits de surveillance continue et 5 postes de déchocage. Le service dispose d’une unité d’abord vasculaire intégrée (pose de chambre implantable, cathéter tunnelisé et voies veineuses centrales) et est labellisé centre de référence angiodème. Il accueillera à compter de novembre les praticiens anesthésistesréanimateurs de l’Hôpital Desgenettes.  
Le service de médecine intensive et réanimation dispose notamment de trois chambres en surpression/ dépression et de trois chambres bariatriques (patients en surpoids). Il propose du reste toutes les techniques modernes de suppléance d’organes. 
Fait notable par ailleurs: les visites sont autorisées 7j/7 et 24H/24 dans les services de réanimation du pavillon H. Ce s’appuyant sur le fait qu’elles sont bénéfiques au bon rétablissement des patients. 

Une harmonie architecturale baignée de lumière

Si le pavillon H, implanté au centre des 22 pavillons du site, met fin à leur fonctionnement interne,  en apportant une solution concentrique en réponse à l’évolution des prises en charge, il respecte les gabarits et les rythmes du plan masse existant. 

Patients et personnels sont protégés des regards extérieurs mais les blocs opératoires et les locaux techniques sont baignés par la lumière naturelle donnée par les façades et par deux patios intérieurs. Le sous-sol bénéficie lui aussi de l’éclairage naturel délivré par des cours anglaises au nord, grâce au décaissement des talus végétalisés déjà mis en œuvre par Tony Garnier. 
Enfin entre autres initiatives notables, le "salon bloc" se présente comme un espace partagé inédit au cœur du bloc opératoire. Couvert d’une verrière, il respecte les règles d’hygiène requises et bénéficie d’une acoustique unique pour ce type de lieu aseptique. Un lieu d’échanges et de travail, accessible entre les interventions. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.