Lyon innove avec le 1er baromètre social organisationnel à l’hôpital

Lyon innove avec le 1er baromètre social organisationnel à l'hôpital Début mars 2010, les Hospices Civils de Lyon ont lancé une grande enquête de 200 questions auprès d'un échantillon de 5 000 agents et médecins tirés au sort parmi les 22 000 professionnels du CHU. Etat des lieux du corps social, le questionnaire anonyme porte sur leur perception de l'établissement et sur leurs conditions de travail Le recueil quantitatif est complété par une approche qualitative comprenant des entretiens individuels et des groupes d'échanges entre les professionnels médicaux et non médicaux. Leur analyse aidera l'établissement à construire un plan d'action social qui se déclinera au plus proche du terrain. Il s'agit d'accompagner au mieux les personnels dans leur travail quotidien mais aussi dans leur perspective d'évolution professionnelle au sein de l'institution.

Début mars 2010, les Hospices Civils de Lyon ont lancé une grande enquête de 200 questions auprès d’un échantillon de 5 000 agents et médecins tirés au sort parmi les 22 000 professionnels du CHU. Etat des lieux du corps social, le questionnaire anonyme porte sur leur perception de l’établissement et sur leurs conditions de travail Le recueil quantitatif est complété par une approche qualitative comprenant des entretiens individuels et des groupes d’échanges entre les professionnels médicaux et non médicaux. Leur analyse aidera l’établissement à construire un plan d’action social qui se déclinera au plus proche du terrain. Il s’agit d’accompagner au mieux les personnels dans leur travail quotidien mais aussi dans leur perspective d’évolution professionnelle au sein de l’institution.

Une enquête au coeur de la politique de réorganisation et de changement conduite au sein des HCL
En juillet 2009, les Hospices Civils de Lyon se sont dotés d’un projet d’établissement ambitieux, le projet « Cap 2013 », qui définit leur stratégie pour les quatre prochaines années (2009 – 2013) et fixe les priorités devant permettre aux HCL de relever les défis qui se présentent à eux : modernisation des organisations de travail, amélioration de la qualité des soins, développement de l’offre de soins publique, rétablissement des équilibres financiers. Pour rendre cette feuille de route opérationnelle, les HCL mettent en oeuvre, avec le concours de cabinets d’experts, un vaste programme d’accompagnement du changement qui tient compte des attentes sociales.

Une démarche participative destinée à mieux connaître le ressenti des agents vis à vis de leur travail
Les principes, les finalités et la méthodologie de cette enquête ont été présentés aux partenaires sociaux notamment en janvier dernier à l’occasion d’un Comité Technique d’Etablissement. 5 000 personnels HCL, toutes catégories socioprofessionnelles confondues, ont ensuite été tirés au sort pour répondre, en parfait anonymat et en toute confidentialité, à 200 questions sur la perception qu’ils ont des HCL et de leur travail au quotidien : organisation, conditions de travail, qualité de service, valeurs et comportements, etc.
Une synthèse des résultats sera présentée aux partenaires sociaux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.