Lyon mise sur la thérapie assistée par l’animal pour surmonter l’épreuve de la réanimation

Pour les patients hospitalisés dans un service de soins intensifs ou en réanimation l’expérience est brutale, traumatisante et à l’origine d’un stress potentiellement destructeur. Pour les aider à mieux surmonter cette épreuve, la Fondation Hospices Civils de Lyon recherche des financements pour soutenir le projet «jeune chercheur» RéAnimal, qui vise à démontrer les bénéfices de la thérapie assistée par l’animal pour mieux tourner la page. Le coût global du projet s’élève à 23.000 €.
Pour les patients hospitalisés dans un service de soins intensifs ou en réanimation l’expérience est brutale, traumatisante et à l’origine d’un stress potentiellement destructeur. Pour les aider à mieux surmonter  cette épreuve, la Fondation Hospices Civils de Lyon recherche des financements pour soutenir le projet  «jeune chercheur» RéAnimal, qui vise à démontrer  les bénéfices de la thérapie assistée par l’animal pour mieux tourner la page. Le coût global du projet s’élève à 23.000 €.
"De nombreux travaux scientifiques ont mis en évidence des troubles anxieux chez les patients après une hospitalisation en réanimation. Ils vivent des moments terribles, très agressifs psychologiquement, observe le Dr Amélie MAZAUD, anesthésiste réanimateur à l’hôpital Edouard Herriot. Quand on les revoit en consultation post-réanimation, c’est frappant: nombreux sont ceux qui sont manifestement très mal à l’aise de revenir dans le service, sans compter ceux qui s’y refusent car la seule évocation de cet épisode terrible leur déclenche une grande angoisse ! On organise d’ailleurs des suivis psychologiques pour ces malades".

La médiation animale aurait un effet sur l’anxiété

Outre l’anxiété pendant le séjour hospitalier, de nombreux patients développent un syndrome de stress post-traumatique à distance de leur hospitalisation: la vie n’est plus jamais la même après un séjour en réanimation… L’équipe du Service Réanimation chirurgicale et Unité de Surveillance Continue chirurgicale de l’hôpital Edouard Herriot est convaincue de l’intérêt de la thérapie assistée par les animaux pour aider les patients à surmonter l’épreuve de la réanimation: la médiation animale aurait un véritable impact sur l’anxiété, sur l’humeur et sur la perception douloureuse des patients hospitalisés en service de soins critiques.

En toute sécurité pour les patients

Le projet RéAnimal vise à valider scientifiquement les bénéfices de la thérapie assistée par l’animal sur les troubles anxieux, les troubles de l’humeur et le stress post-traumatique chez des patients hospitalisés, et à apporter la preuve que les risques potentiels (infectieux, allergiques, physiques) liés à l’introduction d’animaux dans l’hôpital peuvent être facilement contrôlés dans le cadre d’un protocole strict garantissant la sécurité des patients.

Après la phase aiguë de leur prise en charge en réanimation, les patients restent souvent un moment afin de consolider leur guérison ; c’est à ce moment-là qu’on peut agir. La médiation animale – développée notamment pour les patients âgés en EHPAD, ou pour les enfants autistes – montre des résultats spectaculaires: les patients s’ouvrent, communiquent plus, se sociabilisent, et voient leur angoisse diminuer.

Un réel bénéfice à court et à long terme

"Avec notre étude, nous voulons montrer que non seulement les patients de réanimation auraient un réel bénéfice avec cette thérapeutique, à court et à plus long terme, mais nous voulons aussi ouvrir une porte: montrer que permettre des interactions entre des chiens et des patients de réanimation sélectionnés est non seulement faisable, mais aussi et surtout sans risque pour les malades! Et ainsi ouvrir la voie à d’autres rencontres animaux-patients, et redonner le sourire à nos malades qui en ont considérablement besoin " précise le Dr Amélie MAZAUD.

L’étude RéAnimal en 5 étapes 

– Construction du projet avec des experts de l’animal: séances de travail avec des professionnels et étudiants de l’école vétérinaire VetAgro Sup.
– Sélection des patients éligibles: 56 patients sur 2 ans.
– Tests bactériologiques : recherche des bactéries multi-résistantes avant et après la thérapie assistée.
– Analyse de l’évolution des questionnaires psychométriques (évaluation des états émotionnels), de la perception douloureuse, des paramètres physiologiques témoignant d’un stress (pression artérielle, fréquences cardiaque et respiratoire…) avant et immédiatement après une séance de thérapie assistée par les animaux.
– Dépistage du syndrome de stress et questionnaire de retour sur l’expérience à 3 mois.
Pour soutenir le projet RéAnimal et faire un don: http://fondationhcl.fr / Rubrique Projets

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.