Ma cabane au service de pédiatrie

Une fondation, une association, trois artistes et un hôpital pour un résultat surprenant : une fresque murale représentant des cabanes accueille désormais les enfants au service pédiatrie de l'hôpital Bel Air de Thionville, CHR Metz-Thionville. Grâce à un don de 15 000 € de la Fondation Auchan pour la jeunesse, l'association la Pédiatrie Enchantée a pu mettre en oeuvre ce projet artistique.

Une fondation, une association, trois artistes et un hôpital pour un résultat surprenant : une fresque murale représentant des cabanes accueille désormais les enfants au service pédiatrie de l’hôpital Bel Air de Thionville, CHR Metz-Thionville. Grâce à un don de 15 000 € de la Fondation Auchan pour la jeunesse, l’association la Pédiatrie Enchantée a pu mettre en oeuvre ce projet artistique.

Claire Decet, Adeline Meilliez et Marie-Christine Dieudonné, trois jeunes artistes plasticiennes ont créé une fresque de 55 m2 avec la participation des enfants hospitalisés. Contactées par l’ANPE , les trois jeunes femmes ont été choisies parmi plus d’une centaine de personnes pour la réalisation de cette fresque. Aucune contrainte ne leur était imposée, carte blanche leur était donnée pour se lancer dans cette aventure. Claire, Adeline et Marie-Christine se sont mise d’accord sur un thème : les cabanes, constructions ludiques et intimes en contact avec la nature… Une invitation à s’évader loin de l’univers hospitalier.

Communiquer avec les enfants à travers les arts.
Ces trois jeunes filles ne se sont pas contentées de créer la fresque, elles ont fait participer les enfants de l’hôpital de jour à travers des ateliers. Elles ont rencontré ces jeunes patients chaque lundi et mardi pour qu’ils puissent participer au projet à travers diverses activités via différents supports : Collage, coloriage, dessin, peinture…

Mai 2007, le projet est accompli, la fresque enchante la pédiatrie avec ses bulles d’air ou de savon, ses drôles d’animaux pendus aux branches, ses traits de crayons et ses jeux de construction géants… « Le contact avec les enfants nous a apporté beaucoup, ce n’était pas toujours facile de les motiver, mais notre fierté c’est d’avoir réussi à les faire participer à la création. Quant à l’équipe hospitalière, elle nous a chaleureusement accueillies tout en restant à notre écoute.» a déclaré Claire Decet, une des trois artistes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.