Madagascar, Mozambique, Comores : la Réunion en mode en mode coopération internationale

Porter le rayonnement de l’excellence française en santé au sein de la zone Océan Indien : une ambition que partagent par l'Association française de développement (AFD) et le CHU de La Réunion. Les deux institutions viennent de signer une convention afin de renforcer l’efficacité globale de leur intervention en faveur de la santé de la population de la Zone Océan Indien.

Porter le rayonnement de l’excellence française en santé au sein de la zone Océan Indien : une ambition que partagent par l’Association française de développement (AFD) et le CHU de La Réunion. Les deux institutions viennent de signer une convention afin de renforcer l’efficacité globale de leur intervention en faveur de la santé de la population de la Zone Océan Indien.  L’accord concerne trois partenaires clés : le CHU de Tananarive, le ministère de la Santé du Mozambique (MISAU), le ministère de la Santé et de l’égalité des genres de l’Union des Comores.
A Madagascar : améliorer l’offre de soins et la formation continue
Fort d’une collaboration de longue date en gynécologie obstétrique et  soins d’urgence entre les professionnels du CHU d’Antananarivo et du CHU de La Réunion, formalisée par une convention cadre renouvelée en 2013,  les deux établissements vont développer ces liens opérationnels.
L’offre de soins du CHU d’Antananarivo sera renforcée dans les domaines de la périnatalité, la pédiatrie et la chirurgie infantile. Le CHU de La Réunion et l’AFD répondront également aux forts besoins de formation continue des personnels médicaux et non-médicaux (urgences, périnatologie, biomédical, imagerie, hygiène hospitalière). Le projet sera appuyé par l’AFD via la Fédération Hospitalière de France à hauteur de 38 336€.
Au Mozambique : développer la formation dans le domaine de l’anesthésie réanimation
Dans le cadre du troisième Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) signé entre le Mozambique et la France, la convention de financement du Projet de renforcement des capacités de la filière anesthésie réanimation a été signée entre le Mozambique et l’AFD le 19 mars 2012. La formation des médecins spécialistes en anesthésie réanimation (AR) et des infirmiers spécialisés en anesthésie-réanimation est l’’une des composantes du projet. Pour la mettre en oeuvre, un partenariat a été mis sur pied entre le Ministère de la santé du Mozambique d’une part, l’université Bordeaux Segalen (UBS), le CHU de Bordeaux et le CHU de La Réunion d’autre part, dans le cadre d’une convention signée le 7 janvier 2013. Objectif : améliorer l’organisation du cadre de l’anesthésie réanimation au sein du système national de santé, la distribution des ressources humaines et le système de formation (initiale, spécialisation, continue).
L’appui du C2D concerne 11 cadres infirmiers : 1 cadre IADE et 10 cadres formateurs. Le coût de l’action pris en charge par le projet est d’environ 26.500 €.
Dans l’Union des Comores : améliorer la santé de la population
Dans cette perspective, le CHU de La Réunion intervient au titre d’un important programme PASCO 2 (Programme d’Appui aux secteurs de la Santé des Comores) de l’AFD, seul bailleur à appuyer le fonctionnement du système de santé. L’objectif de cet engagement d’envergure nationale est d’améliorer la santé de la population comorienne, en particulier celle des mères et des enfants. L’appui du CHU de La Réunion porte sur la formation des « Majors », avec l’intervention continue à l’Ecole de Santé Publique des Comores d’un cadre de santé du CHU de La Réunion (appui à l’ingénierie pédagogique). Cette action sera financée par l’AFD dans le cadre du PASCO 2 à hauteur d’environ 120.000 € sur 3-4 ans.
La convention prévoit également de former les chirurgiens de l’hôpital El-Maarouf à la confection et au suivi des fistules artério-veineuses.
Quant aux actions déjà engagées sur l’hôpital El-Maarouf elles seront prolongées avec l’ouverture d’un nouveau volet relatif aux urgences pédiatriques.
Le partenariat avec les Comores prévoit également la poursuite et la déclinaison d’actions en matière de prise en charge du VIH : formation continue des médecins référents locaux, formation des soignants, poursuite de l’appui à la réalisation des examens biologiques au CHU de La Réunion…
Enfin au niveau de la périnatalité, le CHU de La Réunion appuiera le pilotage du nouveau pôle mère-enfant de l’Hôpital El Maarouf financé lui aussi dans le cadre de PASCO.
L’Union des Comores a recensé des besoins de formation dans les différents domaines de la périnatalité, pour l’échographie, pour le suivi des grossesses à risque et pour la contraception, la prise en charge gynécologique des adolescents, la formation chirurgicale en endoscopie et coeliochirurgie…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.