Maigrir sans le diktat de la balance

Depuis mi-octobre 2013, les hommes et le femmes souffrant d'obésité se voient proposer une prise en charge innovante en hospitalisation de jour où les mots "régime" et "perte de poids" sont proscrits. Par cette nouvelle approche, le CHU d'Angers entend accompagner les personnes vers un changement de comportement en oubliant, au moins durant le programme, la sanction de la balance. En 5 semaines les patients vont pouvoir prendre du recul et adopter de nouvelles conduites de vie... Explications

Depuis mi-octobre 2013,  les hommes et le femmes souffrant d’obésité se voient proposer une prise en charge innovante en hospitalisation de jour où les mots "régime" et "perte de poids" sont proscrits. Par cette nouvelle approche, le CHU d’Angers entend accompagner les personnes vers un changement de comportement en oubliant, au moins durant le programme, la sanction de la balance. En 5 semaines les patients vont pouvoir prendre du recul et adopter de nouvelles conduites de vie… Explications
Une médecine de l’obésité personnalisée
Les équipes angevines ont développé un programme sur 5 semaines en hospitalisation de jour, rythmées par des activités d’éducation thérapeutique. Les professionnels de l’unité sont là pour impulser chez les patients une dynamique de changement ; avec en ligne de mire une meilleure hygiène de vie et le retour vers une vie sociale dont certains ont pu s’exclure.
Le programme repose à la fois sur une hyper-personnalisation du suivi et sur les bienfaits d’un travail collectif. Conçu par une équipe pluridisciplinaire pour s’adapter aux difficultés de chacun, il s’articule autour de trois axes : des activités pour parler de la maladie et de ses conséquences sur la vie sociale du patient, des ateliers liés à l’alimentation et enfin des séances d’activités sportives personnalisées. Les patients sont accueillis par groupe de 8, un jour sur deux. "Cette alternance permet d’éviter une rupture complète avec l’environnement proche" rappelle le Docteur Hélène Leiber en charge de l’unité. C’est aussi "un moyen de mettre directement en application les apprentissages tirés du programme, puis d’échanger avec le reste du groupe" insiste le Docteur Cécile Marteau, chef du Département de soins de suite et de soins de longue durée où vient d’ouvrir cette nouvelle unité.
C’est précisément sur le site bartholoméen du CHU d’Angers qu’un bâtiment a spécialement été conçu pour accueillir ces patients et une équipe dédiée pour une enveloppe globale de plus d’un 1,1 million d’euros. L’établissement de santé renforce ainsi son investissement dans la filière de prise en charge des patients obèses "pour laquelle le territoire angevin a développé une expertise sous l’impulsion du Pr. Vincent Rohmer depuis plusieurs années", complète Yann Bubien. De fait, l’unité Nutrition dirigée par le Dr Agnes Sallé -qui oriente le suivi médical des patients au sein du réseau angevin-, l’unité médico-chirurgicale pédiatrique des Professeurs Coutant et Podevin, et maintenant avec sa nouvelle unité d’hospitalisation de jour, font du CHU d’Angers un acteur majeur du "réseau obésité" local ; réseau auquel participent structures publiques et privées parmi lesquelles le centre des Capucins et  la Clinique de l’Anjou.
Avec sa nouvelle unité d’hospitalisation de jour, le CHU d’Angers vient incontestablement de franchir un nouveau pas sur le chemin du traitement de l’obésité, parcours que de plus en plus de patients seront amenés à emprunter.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.