Maine-et-Loire/Mayenne : Nouvelle communauté hospitalière au format XXL

Lundi 8 avril, une nouvelle communauté hospitalière de territoire a vu le jour au CHU d'Angers, la CHT Maine-et-Loire/Mayenne.Originale à plus d'un titre cette coopération s'étend sur deux départements contre un seul habituellement. Autres particularités, elle comprend un établissement de santé mentale et réunit des hôpitaux pouvant être distant de 130km comme celui du Nord-Mayenne. Au total 1 100 000 habitants sont concernés par cette évolution structurelle qui leur garantit une offre de proximité et de qualité avec le maintien ou la création de filières de soins gradués dans des disciplines aussi essentielles que la cancérologie, la cardiologie, la neurologie, la néphrologie, la santé mentale, la pédiatrie, l'anesthésie-réanimation.

Lundi 8 avril, une nouvelle communauté hospitalière de territoire a vu le jour au CHU d’Angers, la CHT Maine-et-Loire/Mayenne.Originale à plus d’un titre cette coopération s’étend sur deux départements contre un seul habituellement. Autres particularités, elle comprend un établissement de santé mentale et réunit des hôpitaux pouvant être distant de 130km comme celui du Nord-Mayenne. Au total 1 100 000 habitants sont concernés par cette évolution structurelle qui leur garantit une offre de proximité et de qualité avec le maintien ou la création de filières de soins gradués dans des disciplines aussi essentielles que la cancérologie, la cardiologie, la neurologie, la néphrologie, la santé mentale, la pédiatrie, l’anesthésie-réanimation. 

Cette nouvelle organisation repose notamment sur des postes médicaux à temps partagé entre le CHU et les centres hospitaliers : assistants spécialistes et praticiens hospitaliers. Ainsi, des dizaines de médecins répartissent leur activité entre le CHU d’Angers, le CH de Cholet et celui de Laval. Selon Yann  Bubien, directeur général du CHU d’Angers : "Alliant proximité, qualité et émulation, ce partage d’expertise apporte une véritable réponse aux contraintes démographiques. Il tient compte aussi de l’évolution ultra rapide des connaissances en médecine où le renouvellement des savoirs est tel qu’il est capital de travailler en équipe pour rester performant." A l’occasion de la définition du périmètre de la CHT, une attention particulière a d’ailleurs été portée à la formation des futurs professionnels médicaux et la faculté de médecine a été associée dès le départ.
Les coopérations prennent aussi vie grâce à la télémédecine. L’activité d’angioplastie développée au CH de Laval grâce aux connexions directes avec le CHU en est un bel exemple. Dès 2005 les deux établissements ont envisagé  d’avoir recours à ces liaisons pour lancer et développer l’angioplastie à Laval. Et aujourd’hui les cardiologues lavallois bénéficient de l’expertise de leurs collègues angevins. Il s’agit d’une seule équipe d’angioplastie coronaire qui, située sur deux sites, est reliée 24h/24h grâce à la télémédecine. Quand il réalise une angioplastie à Laval, le cardiologue peut à tout instant faire appel à un collègue angevin pour discuter éventuellement en direct du geste qu’il effectue. Le cardiologue angevin visualise l’image dynamique de coronarographie en temps réel et peut guider au fur et à mesure l’acte réalisé par son collègue à 82km de distance.
Les  établissements membres de la CHT
le CHU d’Angers, le Centre hospitalier de Saumur, le Centre de santé mentale angevin, le Centre hospitalier de Cholet, le Centre hospitalier du Nord-Mayenne, le Centre hospitalier de Laval, le Centre hospitalier du Haut-Anjou
Exemples de coopérations existantes entre le CHU d’Angers et les autres centres hospitaliers de Maine-et-Loire et de la Mayenne
Coopérations multilatérales :
– Périnatalité : coopération en place entre le CHU et les maternités avec une gradation des prises en charge et une régulation de la gestion des cas les plus lourds.
– Cancérologie pédiatrique : réseau de sites associés (Cholet et Laval) pour la prise en charge en proximité de chimiothérapies d’enfants par convention avec l’unité d’oncopédiatrie du CHU.
– Electroencéphalogramme des nouveau-nés (BB-EEG) : réseau spécifique de télémédecine en place (entre le CHU, Laval et Cholet), pour échanger rapidement les avis spécialisés en électroencéphalogramme de l’enfant.
– Filière AVC (accident vasculaire cérébral) : contact et formation avec les urgentistes pour permettre la régulation des AVC (prise en charge sur place ou réorientation vers l’unité neurovasculaire de référence du CHU). Coopération en place avec Saumur, Haut-Anjou (Château-Gontier/Segré), Cholet et Laval.
– Infectiologie et antibiothérapie : diffusion de protocoles et bonnes pratiques, en cours de déploiement.
Coopérations bilatérales avec le CHU :
– Saumur : en pédiatrie, la chefferie du service est assurée par le Dr Claude Bouderlique, également praticien du CHU d’Angers. En diabétologie, le Dr Séverine Dubois partage son temps entre les deux établissements de même que le Pr Thierry Urban et le Dr José Hureaux, en cancérologie thoracique…
– Cholet : coopérations actives en matière de neurologie et spécialités digestives.
– Cesame : mise à disposition de praticiens du Cesame à temps partagé au CHU d’Angers au sein de la maternité, des services de gérontologie, d’addictologie ; activité de sismothérapie pour les patients du Cesame sur le plateau technique du CHU…
– Nord-Mayenne : intégration à la filière AVC avec la mise en place d’un protocole, avec le CHU d’Angers, pour l’adressage des patients relevant du plateau technique spécialisé.
– Haut-Anjou (Château-Gontier/Segré) : postes partagés entre les deux établissements, en orthopédie, gynécologie obstétrique et AMP, cardiologie, urologie, imagerie, pédiatrie…
– Laval : coopération active dans plusieurs domaines tels que la cancérologie (digestif, pneumologie et ORL), en cardiologie générale. Dans le domaine de l’angioplastie, coopération depuis plusieurs années entre le CHU et le centre hospitalier, s’appuyant sur la télémédecine.
Egalement à l’initiative de la CHT, la constitution d’un laboratoire de biologie commun entre le Centre hospitalier de Laval et le Centre hospitalier du Nord-Mayenne avec une astreinte commune de biologistes
Verbatim
" La CHT Maine-et-Loire/Mayenne va nous permettre de dynamiser nos coopérations et de bâtir nos filières de recours à la bonne échelle géographique.  "
Frédérick Marie, Directeur du Centre Hospitalier du Nord-Mayenne
"La mise en place de la CHT s’illustre par le développement de temps partagés et les nouveaux recrutements. Ainsi, ces derniers mois, le Centre hospitalier de Laval a pu accueillir de nouveaux médecins en cardiologie, neurologie, ophtalmologie, ORL, biologie, gériatrie, soins de suite et rééducation. Pour la population lavalloise et mayennaise, cela se traduit par un meilleur accès aux soins, des délais réduits et des transports évités. "
Liliane Lenhardt, Directrice générale du Centre Hospitalier de Laval
« Le Cesame a choisi de s’intégrer dans cette communauté alors que pour d’autres établissements spécialisés en France, le choix inverse a été opéré. En Maine-et-Loire et en Mayenne, la santé mentale n’est pas restée en dehors et c’est un aspect important qui a sous-tendu le projet médical. (…) Pour l’établissement, il s’agit d’un enjeu fort dans le champ de la santé mentale en termes de fluidité et de continuité des parcours de soins ".
Marine Plantevin, Directeur de CESAME – Centre de santé mentale angevin
"Pour préparer l’avenir et répondre durablement à l’attente de nos concitoyens, les actions engagées par les professionnels et les établissements de santé de la Mayenne visent à renouveler et enrichir l’offre de soins. Le partenariat avec les établissements de Maine & Loire est un gage supplémentaire de réussite."
Jean Arthuis, Président du conseil de surveillance du Centre Hospitalier du Haut-Anjou
« Cette coopération repose sur une logique de complémentarité des établissements qui défendent un service public de qualité, dans le respect des identités et de la plus-value de chacun."
Jean-Christophe Boyer, Président du conseil de surveillance du Centre Hospitalier de Laval
« Les enjeux de mutualisation font partie des objectifs du Projet régional de santé. L’amélioration des organisations, le regroupement d’activité, le partage d’équipements : autant de voies pour permettre aux établissements de retrouver des marges de manœuvres et d’améliorer leur efficience. »
Marie-Sophie Desaulle, Directrice générale de l’ARS Pays de la Loire.
La CHT, comment ça marche ?
La CHT n’a pas de personnalité morale. Elle est animée par une commission permanente qui réunit les directeurs d’hôpitaux et les présidents des commissions médicales de chaque membre. La commission de communauté réunit en plus les présidents des conseils de surveillance. Deux commissions départementales permettent de tenir compte des caractéristiques propres à chaque territoire de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.