Maison d’accueil pour personnes cérébro-lésées : Lille innove aussi en médico-social

Le CHRU de Lille et la Fondation Caisses d’Épargne pour la Solidarité ont signé une convention d’application portant sur la création à Loos-lez-Lille d’une maison d’accueil spécialisée (MAS) dans l’accompagnement des personnes cérébro-lésées, d’une capacité de 47 places dont 5 d’accueil de jour et 6 d’accueil temporaire ou d’urgence.

Le CHRU de Lille et la Fondation Caisses d’Épargne pour la Solidarité ont signé une convention d’application portant sur la création à Loos-lez-Lille d’une maison d’accueil spécialisée (MAS) dans l’accompagnement des personnes cérébro-lésées,  d’une capacité de 47 places dont 5 d’accueil de jour et 6 d’accueil temporaire ou d’urgence.
La convention signée pour une durée de 5 ans renouvelable précise les complémentarités médicales, administratives, techniques et logistiques entre le CHRU et la Fondation, dans le cadre de cette MAS qui ouvrira ses portes en 2014.
La MAS accueillera de manière prioritaire mais non exclusive,  les patients du CHRU relevant de ce type de structure.
Le CHRU assurera la prise en charge médicale et soignante des résidents qui en auront besoin (consultations spécialistes, traitements, interventions chirurgicales, utilisation de matériel, admission prioritaire au sein des services du CHRU…).
La coopération entre les deux structures comprend aussi la formation du personnel de la MAS, l’évaluation des pratiques professionnelles et éventuellement la facilitation du passage du personnel d’une structure à l’autre, la mise à disposition de compétences professionnelles permettant de satisfaire aux obligations réglementaires du secteur médico-social (lutte contre la maltraitance notamment).
Enfin, le CHRU de Lille s’impliquera de manière active dans le projet médico-social de la MAS en favorisant l’intégration de l’établissement dans les réseaux de proximité, en veillant à l’amélioration continue de la qualité de la prise en charge, en participant de façon conjointe à l’élaboration et à la mise en œuvre de programmes de recherche appliquée et d’innovation, en s’associant aux divers projets d’animation (culture à l’hôpital, solidarité intergénérationnelle).
A cette convention d’application régissant la MAS s’ajoute une convention de partenariat beaucoup plus vaste qui prévoit d’autres coopérations et la conception de formations et d’outils d’amélioration des pratiques. Objectif : améliorer la qualité de vie des résidents fragilisés et celle des personnels au travail.

Conclue pour une durée de 5 ans, renouvelable, cette convention concerne notamment :
‒ le montage d’opérations immobilières, financières ou juridiques ;
‒ la mise en œuvre d’outils d’amélioration des pratiques ;
‒ l’amélioration de la continuité de la prise en charge des soins ;
‒ la formation du personnel.
Les différents axes retenus feront l’objet de demi-journées de travail, de colloques et de publications.
Un comité de suivi, composé de représentants du CHRU et de la Fondation, sera chargé d’identifier les thèmes pertinents de travail, de proposer un programme d’actions communes et d’évaluer le partenariat dans le cadre d’un rapport d’activités annuel.

En savoir plus sur
La Fondation Caisses d’Épargne pour la Solidarité est un opérateur privé à but non lucratif du secteur médico-social et sanitaire. La Fondation agit contre toutes les formes de dépendance liées au grand âge, à la maladie et au handicap. Elle œuvre pour l’autonomie sociale. Créée en 2001, elle gère 108 établissements et services médico-socuaux d’une capacité de  6 531 places. Conformément à sa mission d’accompagnement des personnes en perte d’autonomie, la Fondation conduit son développement de manière à réduire les inégalités territoriales en termes d’équipements sanitaires, médico-sociaux. Elle conçoit et construit ses établissements et services avec la volonté de répondre au mieux aux besoins sociaux des personnes les plus fragiles.
Reconnue d’utilité publique le 11 avril 2001, la Fondation Caisses d’Épargne pour la Solidarité est présidée par Madame Astrid Boos et dirigée par Monsieur André Aoun.
La Fondation accompagne aussi 5 160 patients accueillis dans 4 établissements sanitaires,  9 957 abonnés téléassistance,  845 personnes soutenues à domicile. Elle emploie  5 300 collaborateurs et son budget 2011 s’élève à  282,1 millions d’euros de ressources
Le CHRU de Lille est l’unique établissement hospitalo-universitaire de la région Nord-Pas-de-Calais. Il accompagne, grâce au professionnalisme et à la mobilisation de ses personnels, le développement de l’offre de soins régionale en faisant le choix de prendre en charge en priorité les patients présentant des pathologies lourdes et en s’inscrivant en complémentarité avec les autres acteurs de santé de la région.
Il a pour missions principales :
‒ le soin, en favorisant un accueil de proximité pour les habitants de la métropole ;
‒ l’enseignement et la formation des professionnels de santé afin de garantir des soins de haute technicité ;
‒ l’innovation et la recherche afin de mettre en oeuvre des approches diagnostiques et thérapeutiques nouvelles.
Le CHRU de Lille a fait de la prise en compte de la personne fragile, âgée et/ou handicapée un axe fort de son projet d’établissement 2012-2016.
En 201, le CHRU de Lille a accueilli 94 646 patients hospitalisés, 1 338 568 patients venus en consultation et enregistré  188 640 séjours en hospitalisation, 113 742 passages aux urgences et 5 313 naissances.
Il emploie 3 257 personnels médicaux et 11 107 personnels non médicaux

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.