Mal de dos, mal du siècle… l’éducation thérapeutique, une solution au CHU de Grenoble

1 personne sur 5 vît avec un mal de dos depuis au moins 3 mois et les lombalgies sont très fréquentes : 80 % des français auront mal au dos au moins une fois dans leur vie. Pour éviter que ces douleurs ne s'installent, le CHU de Grenoble a mis sur pied un programme de réadaptation et d’éducation précoce nommé « le module dos » .

1 personne sur 5 vît avec un mal de dos depuis au moins 3 mois et les lombalgies sont très fréquentes : 80 % des français auront mal au dos au moins une fois dans leur vie. Pour éviter que ces douleurs ne s’installent, le CHU de Grenoble a mis sur pied un programme de réadaptation et d’éducation précoce nommé « le module dos » .   
Ces douleurs récurrentes ont des répercussions sur les activités quotidiennes et amènent de nombreux patients à consulter des rhumatologues pour leur mal de dos (lombalgie, radiculalgie, sciatique…). L’évolution redoutée est la chronicité de la maladie.
La lombalgie se manifeste par des douleurs siégeant dans le bas du dos. C’est une manifestation clinique de différentes pathologies affectant diverses structures anatomiques : disques, ligaments, articulaires postérieur, muscles, racines nerveuses. Elle peut même se transformer en sciatique lorsque la douleur dépasse le genou.
Extrêmement fréquentes, les lombalgies évoluent favorablement en quelques semaines dans la majorité des cas. Toutefois, chez 10 % des patients ce mal devient chronique entrainant une altération durable de la qualité de vie. 3e cause de mise en invalidité la lombalgie pèse lourd dans le budget de la sécurité sociale : 80 % des coûts médicaux sont liés à la lombalgie. Et pour ces patients chroniques, les thérapeutiques médicamenteuses et les rééducatives habituelles sont inefficaces.
Face à l’augmentation des lombalgies chroniques dans notre société, des solutions pour réduire leurs nombres et leur coût pour le système de santé ont été élaborées.  Au CHU de Grenoble, le programme de réadaptation et d’éducation nommé « le module dos » poursuit plusieurs objectifs :
– accroître les connaissances du patient sur sa pathologie rachidienne dans le but de le rassurer par rapport à la « solidité » de son dos et les connaissances sur la gestion des médicaments ;
– lui enseigner les moyens de mieux gérer sa douleur (TENS, chaleur, ceinture, relaxation…) ;
– lui apprendre une gestuelle d’économie rachidienne avec une mise en application pratique (situations rencontrées par le patient dans sa vie quotidienne : ménage, courses, bricolage, jardinage, ordinateur… mais aussi dans sa vie professionnelle) ;
– lui apprendre également des techniques de manutention augmentant ses compétences dans le port de charge pour permettre de moins appréhender ce type d’effort ;
– lutter contre la peur du mouvement par la reprise de l’activité physique (balnéothérapie, travail sur appareil de musculation fitness, gymnastique de type gainage…) pour diminuer la douleur, se rassurer sur ses capacités, et aider à trouver « le bon mode d’emploi » pour redémarrer en sécurité ses activités antérieures sportives et professionnelles.
En pratique
Le stage est animé par une équipe pluridisciplinaire. Sa durée est de 5 jours (du lundi au vendredi) et correspond au temps hebdomadaire moyen de travail (35 heures). Le nombre de patients par stage est de 5 ce qui permet à la fois un suivi individuel de chaque participant et la réalisation d’une dynamique de groupe stimulante pour aider le patient à sortir de ses comportements habituels face à la douleur.
Les patients ayant bénéficié du module dos constatent de considérables améliorations :
• le nombre d’arrêt de travail diminue dans les mois qui suivent ce module ;
• le nombre de patients pratiquant régulièrement une activité physique augmente ;
• 55 % des patients affirment consommer moins de médicaments (32 % de ces 55 % arrêtent même de prendre des médicaments) ;
• 76 % annoncent avoir une meilleure gestion de leurs douleurs.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.