Maladie d’Alzheimer : identification d’une enzyme tueuse impliquée dans la perte de mémoire

Une équipe de l'hôpital Lariboisière dirigée par le Pr Jacques Hugon (AP-HP, université Paris Diderot, Inserm unité 839) a mis en évidence la présence d'une « enzyme tueuse », la protéine kinase R (PKR), dans le cerveau et en circulation le liquide céphalo-rachidien des patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Ces travaux ont fait l'objet d'un dépôt de brevet par l'AP-HP et d'une publication dans la revue Biological Psychiatry *.

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui induit des troubles de la mémoire et cognitifs. La formation de plaques amyloïdes, les enchevêtrements neurofibrillaires, la perte neuronale et  l’inflammation cérébrale en sont les caractéristiques majeures.  La  cause des dégradations  des neurones n’est pas connue mais constitue  une cible importante pour de nouveaux traitements.
 
Une équipe de l’hôpital Lariboisière dirigée par le Pr Jacques Hugon  (AP-HP, université Paris Diderot, Inserm unité 839) a mis en évidence la présence d’une « enzyme tueuse », la protéine kinase R (PKR), dans le cerveau et en circulation le liquide  céphalo-rachidien des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.  Ces travaux ont fait  l’objet d’un dépôt de brevet par l’AP-HP et  d’une publication dans  la revue Biological Psychiatry *.
 
Lorsqu’elle est activée par la phosphorylation, la PKR entraîne la  mort cellulaire par apoptose (processus par lequel des cellules amorcent leur auto-destruction en réponse à un signal). LA PKR peut déclencher le processus d’inflammation et altère la constitution de la mémoire. L’équipe du Pr Jacques Hugon a montré que le niveau de la protéine kinase R  activée était 3 fois plus élevé dans le liquide céphalo-rachidien des patients atteints de la maladie d’Alzheimer que chez les patients non atteints. Le taux de PKR était également élevé dans le liquide céphalo-rachidien d’un groupe de patient souffrant de troubles cognitifs légers, phase précoce de la maladie d’Alzheimer. Par ailleurs, les taux de PKR activée ont été corrélés avec les taux de protéine tau hyperphosphorylée, un biomarqueur du liquide céphalo-rachidien existant de la maladie d’Alzheimer.
Cette étude révèle donc que la PKR pourrait être un puissant et précoce   médiateur des déficits de mémoire et de la destruction des neurones, un acteur du processus inflammatoire et un possible nouveau biomarqueur de la maladie d’Alzheimer dans le liquide céphalo-rachidien. La PKR représente une nouvelle cible thérapeutique pour ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer et pour réduire la dégradation des fonctions cognitives des patients atteints de cette maladie.
 
« La kinase PKR est impliquée dans plusieurs processus dégénératifs observés dans le cerveau des patients atteints de maladie d’Alzheimer, explique le Pr Jacques Hugon. De nouvelles recherches sont en cours pour diminuer son activité  grâce à des inhibiteurs spécifiques de cette kinase, qui pourraient représenter un moyen puissant pour freiner l’évolution des troubles de la mémoire des patients atteints ».

 
A propos de l’L’Office du Transfert de Technologie et des Partenariats Industriels (OTT&PI) de l’AP-HP

L’AP-HP, établissement public de santé, est soumise aux obligations et missions des établissements de santé (diagnostic, soins, surveillance et prévention) et répond également aux dispositions propres au service public hospitalier ayant pour mission de concourir à l’enseignement universitaire et postuniversitaire ainsi qu’à la recherche médicale, odontologique et pharmaceutique. Dans le cadre de leurs activités de soin et de recherche, les cliniciens et soignants de l’AP-HP sont à l’origine de nombreux projets de recherche innovants et développent des innovations qui peuvent être brevetées et potentiellement valorisables dans le cadre d’un transfert de technologie.
L’Office du Transfert de Technologie et des Partenariats Industriels de l’AP-HP (OTT&PI), support dynamique pour les porteurs d’innovation et les détenteurs d’un savoir-faire est spécifiquement en charge de la protection et de la valorisation économique de ces  innovations, met en place des partenariats privilégiés avec les entreprises du secteur de la santé et des biotechnologies, françaises ou étrangères, et les autres organismes de recherche afin de créer les conditions optimales d’une collaboration qui mènera du concept innovant à la mise sur le marché de produits et services utilisables in fine par les malades.
L’OTT&PI accompagne et oriente les porteurs de projets dans leur démarche de création d’entreprise et met en place les conditions du transfert de technologie par l’octroi d’une licence d’exploitation des innovations brevetées.
L’AP-HP dispose d’un portefeuille de 418 familles de brevets, 685 partenariats de R&D, et près de 150 licences mises en place sur les projets innovants. Ces efforts sur la valorisation de l’inventivité des personnels rapportent désormais près de 15 millions d’euros par an à l’AP-HP qui mène une politique active de valorisation de partenariats industriels.
 
* Biol Psychiatry. 2012 Jan 24 – Increased Cerebrospinal Fluid Levels of Double-Stranded RNA-Dependant Protein Kinase in Alzheimer’s Disease. Mouton-Liger F, Paquet C, Dumurgier J, Lapalus P, Gray F, Laplanche JL, Hugon J; for the Groupe d’Investigation du Liquide Céphalorachidien Study Network.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.