Maladie de Lyme : Strasbourg ouvre une consultation spécialisée

Spécialisés depuis plus de 30 ans dans la prise en charge de patients atteints de la maladie de Lyme et des infections transmises par les tiques, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg annoncent la création, au sein de leur service des maladies infectieuses, d’une unité fonctionnelle (UF) de consultation dédiée. Cinq médecins, parmi lesquels le Pr Hansmann chef de l’Unité et le Pr Christmann, assureront les consultations quotidiennes autour de ces maladies.

Spécialisés depuis plus de 30 ans dans la prise en charge de patients atteints de la maladie de Lyme et des infections transmises par les tiques, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg annoncent la création, au sein de leur service des maladies infectieuses, d’une unité fonctionnelle (UF) de consultation dédiée. Cinq médecins, parmi lesquels le Pr Hansmann chef de l’Unité et le Pr Christmann, assureront les consultations quotidiennes autour de ces maladies.
Toute la France est concernée par le problème de transmission de maladies par les tiques. Cependant, l’Alsace, territoire recouvert à 40% de forêt, est tout particulièrement concernée. Des compétences médicales spécifiques au sein des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg se sont développées dès les années 1980 pour répondre au nombre significatif de cas répertoriés localement. Parallèlement, la recherche sur ce sujet a permis la création du Centre National de Référence (CNR) des Borrelia au sein des HUS, dirigé par le Pr Jaulhac ainsi qu’un groupe de recherche sur Borrelia au sein de l’EA 7290 « Virulence bactérienne précoce » de l’Université de Strasbourg. La borréliose de Lyme reste, en effet, l’infection bactérienne la plus fréquente transmise par les tiques, pour laquelle chaque année plus de 30 000 nouveaux cas sont répertoriés au niveau national. A cette pathologie viennent s’ajouter d’autres infections telles que l’anaplasmose, la méningo-encéphalite à Tiques (MET), les babésioses, ou certaines formes de tularémie.
Des traitements efficaces permettent de guérir la plupart de ces infections. Le pronostic est d’autant meilleur que la détection se fait précocément. Or la pose du diagnostic peut justifier l’orientation du patient par le médecin généraliste vers un spécialiste. L’UF « Prise en charge des infections transmises par les tiques » de Strasbourg collabore avec les autres spécialités concernées (neurologie, rhumatologie, dermatologie, cardiologie, médecine interne…) et le CNR des Borrelia et pourra apporter une réponse personnalisée au patient. 
L’ouverture de cette unité s’inscrit dans le plan national initié en novembre dernier par le ministère de la Santé de lutte contre la maladie de Lyme.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.