Maladie de Lyme : un Centre de compétence au CHU Amiens-Picardie

Le service de pathologies infectieuses du CHU Amiens-Picardie vient d’être reconnu Centre de compétence pour les maladies vectorielles à tiques par l’Agence Régionale de Santé Hauts-de-France. Ces dernières années, l'unité a suivi plus de 130 personnes souffrant de ces maladies « complexes ».
Le service de pathologies infectieuses du CHU Amiens-Picardie vient d’être reconnu Centre de compétence pour les maladies vectorielles à tiques par l’Agence Régionale de Santé Hauts-de-France. Ces dernières années, l’unité a suivi plus de 130 personnes souffrant de ces maladies « complexes ». 
Animé par le Dr Jean-Philippe Lanoix et le Pr Jean-Luc Schmit, le centre de compétence reçoit les patients adressés par leur médecin généraliste et qui présentent des manifestations tardives ou complexes ne répondant pas au traitement de la borréliose de Lyme, la plus fréquente des infections transmises par les tiques en France. Son 2ème niveau de recours comprend une prise en charge spécialisée assurée par une équipe pluridisciplinaire et pluri-professionnelle qui réunit des spécialistes de la douleur, rhumatologues, infectiologues, en médecine interne, psychiatres, microbiologistes… A cette mission de soins s’ajoutent celles de formation des professionnels de santé et de recherche.
Le plan national de prise en charge de la maladie de Lyme et maladies transmises par les tiques prévoit la création de Centres de compétence régionaux et de Centres de référence interrégionaux afin répondre au mieux aux besoins des patients atteints de ces maladies, dont le diagnostic et le traitement font l’objet de controverses depuis plusieurs années. Dans ce cadre, 5 centres de référence sur le territoire national ont été créés. Ces centres reçoivent les cas jugés très complexes : le CHU de Clermont-Ferrand associé au CHU de St Etienne, le CHU de Marseille, le CHU de Rennes, le CHU de Strasbourg associé au CHU de Nancy, le Groupe hospitalier intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges associé au CHU de Créteil. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.