Votre navigateur ne supporte pas Javascript. Pour une meilleure navigation activez le javascript.
  • page facebook de reseau CHU
  • page Tweeter de reseau chu
  • abonnez-vous à nos flux RSS
Agrandir le texte Diminuer le texte

Maladie de Parkinson : les bénéfices de la chirurgie à un stade précoce

CHU Nantes - jeudi 21 février 2013. 7319 vu(s)

Le Pr. Philippe Damier, neurologue et le Dr Sylvie Raoul, neurochirurgien – © CHU de Nantes

L'étude Earlystim démontre l'efficacité de la pose d'électrodes sur certains patients parkinsoniens, à un stade précoce de leur maladie. Depuis 2009, douze personnes ont été soignées selon ce protocole à Nantes (six opérés et six bénéficiant d'un suivi médical optimisé).

L'étude démontre l'intérêt de la stimulation cérébrale profonde dès l'apparition de fluctuations motrices chez le patient, alors que cette indication n'était auparavant posée qu'à un stade avancé de la maladie*. "Il apparaît opportun désormais de proposer la pose d'électrodes dans le noyau sous thalamique aux patients âgés de 40 à 60 ans. D'autres traitements sont proposés aux patients plus âgés", explique le Dr Sylvie Raoul, neurochirurgien.


Modalités d'intervention

Les patients adressés par leur neurologue devront être hospitalisés pour un bilan. S'ils correspondent aux critères requis, le traitement chirurgical pourra leur être proposé. En ce cas, ils seront hospitalisés un dimanche soir pour une intervention le lundi : "Nous posons maintenant les deux électrodes simultanément, sous anesthésie locale, puis, dans la même journée, le stimulateur sous anesthésie générale, ce qui permet de réduire à dix jours le temps d'hospitalisation."

L'équipe du CHU réunit les professeurs Philippe Damier et Pascal Derkinderen et le Dr Tiphaine Rouaud, neurologues, le Dr Sylvie Raoul, neurochirurgien, le Dr Anne Sauvaget, psychiatre, Stéphanie François, psychologue. La coordination était assurée au centre d'investigation clinique (CIC) du CHU de Nantes par Séverine Le Dily.
En 2005, cette équipe avait été nominée aux Victoires de la médecine en 2005 pour ses travaux sur la neurostimulation cérébrale profonde.

*Découverte par une équipe grenobloise à la fin des années 80, la stimulation cérébrale profonde consiste à moduler des  zones précises du cerveau à l'aide d'électrodes reliées à un pacemaker. Elle a révolutionné la prise en charge de certaines affections comme la maladie de Parkinson. La pose des électrodes est réalisée sous anesthésie locale.


Catégorie : CHU Nantes, Recherche -Etude, Chirurgie - Chirurgie ambulatoire, Article 2

Pour plus d’information : CHU Nantes


Les commentaires pour cet article :


maurice, 03-02-15 13:52:
J'ai été neurostimule pour les tremblements il y a 6 ans et depuis 6 mois suite à un arrêt d'un de mes stimulateurs les tremblements ne sont pas réapparu j'ai coupe le 2° stimulateur et toujours pas de tremblements
J'ai même une nette amélioration de ma dysarthrie

!!!


franck, 05-02-14 19:34:
ATTEINT DE LA MALADIE PARKINSON DEPUIS 5 ANS SUIS PRET POUR UNE OPERATION J AI 44ANS TOUJOURS EN ACTIVITE SALARIER ET TRES SPORTIF J AI VRAIMENT QUE VOUS ME CONTACTIER CAR TRES MOTIVE ET REFLECHIE POUR SUBIR CETTE OPERATION


newsletter la carte des CHU

Welcome to France University Hospitals

Se faire soigner dans un CHU de France

reseau-chu international

32 établissements de pointe
vous accueillent

picto reseau-chu international

Les rendez-vous santé

  • 20 septembre : journées européennes du patrimoine
  • 20 septembre : journée mondiale coeur
  • 3ème week-end de septembre : journée mondiale de la contraception
  • 21 septembre : journée Mondiale de la maladie d'Alzheimer
  • 23 septembre : journée Nationale de l'insuffisance rénale chronique
Voir toutes les dates ...
1ère mondiales médicales les chu en 2020 culture et sante La communication des CHU Article les plus lus publications de reseau-chu offre emploi dans le médicale soumettre un article

Mis à jour le :  17-09-2021