Maladie de Parkinson : les bénéfices de la chirurgie à un stade précoce

L'étude Earlystim démontre l'efficacité de la pose d'électrodes sur certains patients parkinsoniens, à un stade précoce de leur maladie. Depuis 2009, douze personnes ont été soignées selon ce protocole à Nantes (six opérés et six bénéficiant d'un suivi médical optimisé).

L’étude Earlystim démontre l’efficacité de la pose d’électrodes sur certains patients parkinsoniens, à un stade précoce de leur maladie. Depuis 2009, douze personnes ont été soignées selon ce protocole à Nantes (six opérés et six bénéficiant d’un suivi médical optimisé).
L’étude démontre l’intérêt de la stimulation cérébrale profonde dès l’apparition de fluctuations motrices chez le patient, alors que cette indication n’était auparavant posée qu’à un stade avancé de la maladie*. "Il apparaît opportun désormais de proposer la pose d’électrodes dans le noyau sous thalamique aux patients âgés de 40 à 60 ans. D’autres traitements sont proposés aux patients plus âgés", explique le Dr Sylvie Raoul, neurochirurgien.

Modalités d’intervention
Les patients adressés par leur neurologue devront être hospitalisés pour un bilan. S’ils correspondent aux critères requis, le traitement chirurgical pourra leur être proposé. En ce cas, ils seront hospitalisés un dimanche soir pour une intervention le lundi : "Nous posons maintenant les deux électrodes simultanément, sous anesthésie locale, puis, dans la même journée, le stimulateur sous anesthésie générale, ce qui permet de réduire à dix jours le temps d’hospitalisation."
L’équipe du CHU réunit les professeurs Philippe Damier et Pascal Derkinderen et le Dr Tiphaine Rouaud, neurologues, le Dr Sylvie Raoul, neurochirurgien, le Dr Anne Sauvaget, psychiatre, Stéphanie François, psychologue. La coordination était assurée au centre d’investigation clinique (CIC) du CHU de Nantes par Séverine Le Dily.
En 2005, cette équipe avait été nominée aux Victoires de la médecine en 2005 pour ses travaux sur la neurostimulation cérébrale profonde.
*Découverte par une équipe grenobloise à la fin des années 80, la stimulation cérébrale profonde consiste à moduler des  zones précises du cerveau à l’aide d’électrodes reliées à un pacemaker. Elle a révolutionné la prise en charge de certaines affections comme la maladie de Parkinson. La pose des électrodes est réalisée sous anesthésie locale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.