Maladies et cancers rares : un appel d’offres pour mieux connaître les patients et leurs pathologies

Les maladies rares et les cancers rares touchent un nombre restreint de personnes qui se trouvent confrontées à des difficultés bien particulières comme l’errance diagnostique et/ou thérapeutique, ou encore à l’insuffisance d’accès aux essais cliniques. Pour mieux connaître leurs difficultés et leurs parcours et pour faire avancer la connaissance de leurs pathologies, un appel à projets est lancé auprès des professionnels de santé du Sud-ouest et d’Outre-Mer. Ces études serviront de base de réflexion à des recherches de plus grande envergure relevant de projets interrégionaux (PHRCI), nationaux, voire internationaux.

Les maladies rares et les cancers rares touchent un nombre restreint de personnes qui se trouvent confrontées à des difficultés bien particulières comme l’errance diagnostique et/ou thérapeutique, ou encore à l’insuffisance d’accès aux essais cliniques. Pour mieux connaître leurs difficultés et leurs parcours et pour faire avancer la connaissance de leurs pathologies, un appel à projets est lancé auprès des professionnels de santé du Sud-ouest et d’Outre-Mer. Ces études serviront de base de réflexion à des recherches de plus grande envergure relevant de projets interrégionaux (PHRCI), nationaux, voire internationaux.
L’appel est lancé auprès des personnels médicaux ou paramédicaux issus des 12 établissements membres du GIRCI (9 CHU et 3 CLCC des trois régions Nouvelle Aquitaine, Occitanie et DOM )et de ses Centres hospitaliers, investis dans la recherche clinique et d’innovation, qu’ils soient ou pas centres-experts. Leurs réponses groupées préfigureront les réseaux collaboratifs qui pourront être développés ou consolidés. 
Les projets ciblés sont des études cliniques pilotes, des preuves de concept, des approches physiopathologiques impliquant la personne humaine selon la définition de la Loi Jardé. Ces projets peuvent déboucher sur des essais thérapeutiques, ou pourront être des travaux portant sur des collections biologiques existantes ou des bases de données ayant un impact direct sur le patient. 
Cet appel d’offres est le fruit d’un partenariat entre le Groupement Interrégional de Recherche Clinique et d’Innovation Sud-Ouest Outre-Mer Hospitalier (SOHO) et la Fondation Maladies Rares. L’enveloppe de 350 000 € permettra de financer 7 projets à 50 000 €.
Pour toute précision 
http://www.girci-soho.fr/content/apithem-2019 
https://fondation-maladiesrares.org/la-recherche/appel-a-projets-girci-soho-fondation-maladies-rares/
Dr Christine Lassalle, Médecin délégué 
Groupement Interrégional de Recherche Clinique et d’Innovation Sud-ouest Outre-Mer Hospitalier – GCS SOHO
www.girci-soho.fr
christine.lassalle@chu-bordeaux.fr
Direction générale du CHU de Bordeaux – 12, rue Dubernat – 33404 Talence Cedex

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.