Maladies génétiques : la construction d’une expertise

Les recherches conduites par le département de génétique du CHU de Dijon lèvent le voile sur plusieurs maladies génétiques : l'anémie de Fanconi, le syndrome Oro-Facio-Digital de type 1, le syndrome de Marfan et le syndrome de Rett... L'effort porte sur l'identification des groupes à risque, seul moyen d'assurer un suivi ciblé des patients. Ce travail de longue haleine se déroule au sein de la section génétique clinique, par le Dr Olivier-Faivre et son équipe, en collaboration avec le laboratoire de biologie moléculaire du Pr Teyssier et du laboratoire de cytogénétique du Dr Mugneret. Les travaux sont menés à échelle mondiale, en collaboration avec des équipes nationales et internationales. L'expertise acquise par le département de génétique fait du CHU un centre référent pour certaines de ces pathologies rares.

Les recherches conduites par le département de génétique du CHU de Dijon lèvent le voile sur plusieurs maladies génétiques : l’anémie de Fanconi, le syndrome Oro-Facio-Digital de type 1, le syndrome de Marfan et le syndrome de Rett… L’effort porte sur l’identification des groupes à risque, seul moyen d’assurer un suivi ciblé des patients. Ce travail de longue haleine se déroule au sein de la section génétique clinique, par le Dr Olivier-Faivre et son équipe, en collaboration avec le laboratoire de biologie moléculaire du Pr Teyssier et du laboratoire de cytogénétique du Dr Mugneret. Les travaux sont menés à échelle mondiale, en collaboration avec des équipes nationales et internationales. L’expertise acquise par le département de génétique fait du CHU un centre référent pour certaines de ces pathologies rares.

L’anémie de Fanconi est une pathologie polymalformative qui prédispose à une anémie et aux leucémies aigues avec pour seul traitement préventif la greffe de moelle. L’étude internationale du Dr Olivier-Faivre entreprise à Londres en 2000 a permis d’identifier, à partir de 245 patients les groupes présentant un risque plus élevé de leucémie aiguë et pour lesquels la transplantation médullaire est requise en priorité.

L’étude sur le syndrome Oro-Facio-Digital de type 1 a permis de montrer la relation entre certains signes cliniques (retard mental, fente labio-palatine, anomalies dentaires&) et différentes mutations génétiques.

Le syndrome de marfan est une maladie héréditaire, faisant partie du groupe des affections du tissu conjonctif touchant les systèmes squelettique, oculaire, cardio-vasculaire, respiratoire et la peau. L’étude vise à déterminer s’il existe des groupes à risque, en particulier sur le plan cardiaque. Les résultats permettront d’améliorer le suivi des patients et d’adapter le conseil génétique aux caractéristiques des personnes.

Les techniques d’analyse chromosomique fines sont sollicitées pour des recherches pointues sur le retard mental. Les travaux sont effectués avec le service de cytogénétique coordonné par le Dr Mugneret.

Le département de Génétique développe de nombreux réseaux en France et à l’étranger. Il a ainsi participé à l’identification du gène de la dysplasie acromésomélique de type Maroteaux, de la dermopathie restrictive et du gène du déficit en cobalamine. Il a également coordonné une étude avec le CHU de Bicêtre sur les grossesses à risques chez les femmes porteuses d’une anémie de Blackan-Diamond à partir de registres français et allemands.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.