Maladies infectieuses et tropicales : un diagnostic avant les antibiotiques

La fièvre ou l'infection étant par nature non programmable, le CHU de Nice a ouvert une consultation en maladies infectieuses et tropicales permettant l'accès rapide au recours en infectiologie, ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h, sans rendez-vous. Le CHU de Nice met ainsi au service de tous une expertise, quasi-absente en dehors de l'établissement.

La fièvre ou l’infection étant par nature non programmable, le CHU de Nice a ouvert une consultation en maladies infectieuses et tropicales permettant l’accès rapide au recours en infectiologie, ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h, sans rendez-vous. Le CHU de Nice met ainsi au service de tous une expertise, quasi-absente en dehors de l’établissement.
Le recours rapide en infectiologie est conçu en premier lieu pour les médecins prenant en charge des patients présentant des difficultés diagnostiques et/ou thérapeutiques : fièvre qui perdure malgré une ou plusieurs antibiothérapies, infection par des bactéries multi-résistantes, suspicion d’infection liée aux soins (ou nosocomiale), fièvre et/ou d’infections survenant au décours de voyages en pays tropicaux, ou survenant chez des patients dans le système immunitaire est altéré. En effet, la récidive itérative d’infections, parfois considérées comme banales, peut être révélatrice d’une altération du système immunitaire
 Le recours rapide d’infectiologie est assuré par un médecin titulaire du service spécialisé de l’Archet 1 :
– Accueil téléphonique entre médecins au 04 92 03 96 88 de 9h à 18h (hors week-end, hors férié)
– Accueil des patients en urgence orientés par leur médecin de 14h à 17h (hors week-end, hors férié) »
Selon les nécessités liées au diagnostic et/ou aux traitements envisagés, le patient se voit pris en charge en ambulatoire ou en milieu hospitalier, dans tous les cas en coordination avec le médecin traitant grâce à un courrier transmis en temps réel.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.