Maladies Inflammatoires Chroniques de l\’Intestin (MICI), une prise en charge spécialisée et innovante

La fréquence de ces maladies est en augmentation dans le monde sans doute en raison des modifications alimentaires et environnementales. En France près de 250 000 personnes en sont atteintes, avec un pic de prévalence entre 20 et 30 ans. Le service de Gastro-Entérologie du CHU de Saint-Etienne, dirigé par le Pr Jean-Marc Phelip, propose de nouvelles prises en charge qui ont considérablement amélioré la vie des patients.

Les MICI, sources de complications graves et invalidantes

Parmi les MICI la maladie de Crohn peut atteindre tous les segments du tube digestif (de la bouche à l’anus) et la rectocolite hémorragique (RCH) est localisée au niveau du côlon. L’atteinte, l’étendue et la gravité de ces maladies sont vues en endoscopie et/ou en radiologie par IRM. Leur évolution est marquée par des poussées, sources peu à peu de complications graves et invalidantes, qui vont nécessiter un geste chirurgical. Ainsi, avant l’aire récente de nouveaux traitements très ciblés, 75% des maladies de Crohn étaient opérés au moins une fois dans les 10 ans suivant leur découverte, et près d’un patient sur 4 porteurs d’une RCH devait avoir une colectomie totale.

Des thérapeutiques plus ciblées et intensives grâce à la recherche clinique

Une prise en charge thérapeutique très ciblée, avec des stratégies plus intensives d’emblée, change aujourd’hui l’histoire naturelle de nos patients. Beaucoup de ces nouveaux traitements s’initient après éducation en hôpital de jour.

De nouvelles molécules d’avenir sont étudiées dans le service en accord avec le patient dans le cadre d’essais internationaux. Ces essais permettent d’élargir au plus vite l\’arsenal thérapeutique et parfois de sortir d’une impasse clinique. Les nombreuses avancées en recherche clinique du service, dans les domaines de la pharmaco-immunologie et de la virologie, ont bénéficié de publications internationales.

Une unité de recherche fondamentale de l\’université stéphanoise (GIMAP dont est responsable le Pr Bruno Pozzetto) s’intéresse également aux MICI. Le rôle de certains virus, plaquettes et candida albicans font l’objet d’études.

Une prise en charge pluridisciplinaire

Sur le plan clinique, plus de 700 patients porteurs de MICI sont suivis dans le service de Gastro-Entérologie. Il s’agit d’une prise en charge pluridisciplinaire afin d’apporter des soins les plus appropriés aux patients.

Une réunion mensuelle de concertation entre différents gastroentérologues de ville et de l’hôpital permet de proposer un choix thérapeutique en fonction du cas rapporté.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.