Maladies rénales : un congrès international pour faire le point

Après Würzburg, Allemagne en 2002, et Oxford, Royaume Uni en 2005, c'est au tour du CHU d'Amiens d'accueillir le troisième congrès international des maladies du rein « Uremic Toxins and Cardiovascular Disease » du 3 au 5 octobre 2008. Organisé par le groupe européen EUTox (European Uremic Toxin Work Group) sous la responsabilité du Pr Massy du CHU Amiens ce congrès est parrainé par deux sociétés européennes de néphrologie (ESAO and ERA-EDTA).

Après Würzburg, Allemagne en 2002, et Oxford, Royaume Uni en 2005, c’est au tour du CHU d’Amiens d’accueillir le troisième congrès international des maladies du rein « Uremic Toxins and Cardiovascular Disease » du 3 au 5 octobre 2008. Organisé par le groupe européen EUTox (European Uremic Toxin Work Group) sous la responsabilité du Pr Massy du CHU Amiens ce congrès est parrainé par deux sociétés européennes de néphrologie (ESAO and ERA-EDTA).

Des experts européens, japonais et américains de très haut niveau feront le point sur les mécanismes et prises en charge des complications de la toxicité urémique [ex : ischémie myocardique, rigidité vasculaire, calcifications cardiovasculaires, atteintes osseuses, et anémie], et sur les méthodes d’épuration extra-rénale et de transplantation rénale. Objectif : développer de nouvelles stratégies de prévention et de traitement des maladies rénales chroniques.

Les maladies rénales au premier rang des problèmes de santé publique en France
Le vieillissement de la population, la prévalence élevée de l’hypertension artérielle, des maladies vasculaires et du diabète favorisent la progression des maladies rénales dans tous les pays développés. En Frances, elles touchent plus de 2 millions de personnes. Parmi elles, 50.000 sont arrivées au stade ultime et doivent être transplantés ou dialysés. C’est pourquoi la stabilisation de l’incidence de l’insuffisance rénale chronique et l’amélioration de la qualité de vie des malades sous dialyse ont été retenues parmi les objectifs énumérés dans la Loi du 9 août 2004 relative à la santé publique à atteindre d’ici 2008.
Le coût des maladies des reins représente 2 % des dépenses de l’assurance maladie.

Confortant le rayonnement international de l’établissement amiénois, ce congrès bénéfice du soutien de l’Association des Néphrologues Picards, du CHU d’Amiens, de l’Université de Picardie Jules Verne, et de la Région de Picardie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.