Maladies respiratoires : une plateforme pour un accès facilité aux essais cliniques

Rendre les études et essais cliniques sur la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) plus lisibles et accessibles à tous. Telle est l'ambition du projet de Recherche BPCO porté par le Dr Olivier Le Rouzic, pneumologue au CHU de Lille. Sa volonté de partager les connaissances expertes rejoint l'un des objectifs prioritaires du CHU de Lille, acteur majeur de la recherche clinique dans les Hauts de France. Cette initiative a d'ores et déjà séduit les professionnels avec l'attribution de deux prix au dernier RespirH@cktion de 2018*, un hackathon santé entièrement dédié aux pathologies respiratoires.
Rendre les études et essais cliniques sur la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) plus lisibles et accessibles à tous. Telle est l’ambition du projet de Recherche BPCO porté par le Dr Olivier Le Rouzic, pneumologue au CHU de Lille. Sa volonté de partager les connaissances expertes rejoint l’un des objectifs prioritaires du CHU de Lille, acteur majeur de la recherche clinique dans les Hauts de France. Cette initiative a d’ores et déjà séduit les professionnels avec l’attribution de deux prix au dernier RespirH@cktion de 2018*, un hackathon santé entièrement dédié aux pathologies respiratoires. 
« Il n’existe actuellement aucun moyen de se tenir informé en temps réel de l’ensemble des études en cours en France centrées sur la BPCO. Souvent, un médecin ignore qu’il peut proposer à son patient de participer à un protocole de recherche. Un patient qui souhaiterait se porter volontaire pour participer à une recherche ne sait pas non plus où s’adresser. » rappelle le Dr Olivier Le Rouzic.
Cette plateforme en ligne qui va recenser en temps réels les études cliniques ouvertes en France sur la BPCO dans l’ensemble des centres impliqués. Ainsi, un médecin ou un patient intéressé pourrait, grâce à la géolocalisation, connaître les essais cliniques  en cours à proximité et les personnes à contacter. Un système de newsletter permettrait à une personne enregistrée préalablement (médecin, patient…) de se tenir informée des nouveaux protocoles mis en place avec les objectifs de l’étude et les critères principaux d’inclusion. Les porteurs de projets de recherche disposeront d’un outil supplémentaire d’information pour optimiser les recrutements 
Les prochaines étapes

La faisabilité du projet a été démontrée. Une interface ergonomique et simple a été également créée, avec l’aide notamment de patients. Des coachs présents lors de ce RespirH@cktion collaborent avec l’équipe pour le développement et la diffusion de ce projet. «L’élan donné par l’obtention de ces deux prix, le soutien des associations de patients, des pneumologues et de la région Hauts-de-France via le programme INS’pir, présagent un développement rapide pour une mise à disposition d’une première version au plus tard dans 1 an. » estime l’inventeur.

La recherche en pneumologie au CHU de Lille

Les thématiques de recherche  portent sur la BPCO, l’asthme, la cancérologie thoracique (cancers broncho-pulmonaires et mésothéliome pleural malin), la mucoviscidose et les maladies pulmonaires rares. En 2017, les services de Pneumologie et Immuno-Allergologie et de Pneumologie et Oncologie Thoracique du CHU de Lille ont inclus 147 patients dans 39 études académiques ou institutionnelles et 72 patients dans 29 études industrielles. Ils participent à des projets phares comme les projets européens H2020 Denim (thérapie cellulaire), PATHACOV (analyse des composés organiques volatils dans l’air exhalé) et le projet METROPOLIS (récepteur Met dans le cancer pulmonaire, soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche).

*La 3ème édition de RespirH@cktion s’est tenue à Lille du 30 novembre au 2 décembre, à la Faculté de Médecine Henri Warembourg. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.