Maltraitance des mineurs

Lundi 9 janvier 2006, MM. Christian Estrosi, ministre délégué à l'Aménagement du Territoire, président du Conseil général des Alpes-Maritimes, Eric de Montgolfier, procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Nice, Jean-Michel Hayat, président du Tribunal de grande instance de Nice, le colonel Benoît Kandel, commandant du Groupement de Gendarmerie départementale des Alpes-Maritimes, MM. Pierre-Marie Bourniquel, directeur départemental de la Sécurité publique des Alpes-Maritimes, Jean-Jacques Romatet, directeur général du CHU de Nice ont signé une convention des pratiques. Le texte prévoit la création d'un pôle pluridisciplinaire spécialisé dans la prise en charge de mineurs victimes de maltraitance et l'enregistrement de leurs auditions.

Lundi 9 janvier 2006, MM. Christian Estrosi, ministre délégué à l’Aménagement du Territoire, président du Conseil général des Alpes-Maritimes, Eric de Montgolfier, procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Nice, Jean-Michel Hayat, président du Tribunal de grande instance de Nice, le colonel Benoît Kandel, commandant du Groupement de Gendarmerie départementale des Alpes-Maritimes, MM. Pierre-Marie Bourniquel, directeur départemental de la Sécurité publique des Alpes-Maritimes, Jean-Jacques Romatet, directeur général du CHU de Nice ont signé une convention des pratiques. Le texte prévoit la création d’un pôle pluridisciplinaire spécialisé dans la prise en charge de mineurs victimes de maltraitance et l’enregistrement de leurs auditions.

La prise en charge judiciaire, sociale, thérapeutique des mineurs victimes de maltraitance, et notamment de violences sexuelles, suppose l’émergence d’un pôle professionnalisé regroupant le Parquet, les juges d’instruction et d’enfants, les institutions sanitaire et sociale, la Protection judiciaire de la jeunesse, les experts et les enquêteurs spécialisés. Outre la nécessaire coordination pluridisciplinaire, la mise en place d’un tel pôle vise aussi à promouvoir une formation permanente des différents acteurs. Dans le domaine des violences sexuelles sur mineurs, l’expérience et la formation sont deux éléments indispensables à la qualité de la prise en charge.

Par ailleurs, afin d’améliorer les conditions de recueil du témoignage de l’enfant, M. Christian Estrosi a souhaité que la brigade des mineurs de la Police nationale, la brigade de prévention de la délinquance juvénile de la Gendarmerie nationale et l’unité médico-judiciaire pédiatrique du CHU de Nice Hôpital Archet 2 soient chacune dotées de matériels informatiques et audiovisuels destinés à l’enregistrement des auditions des mineurs.

Contacts presse
Conseil général
Myriam Douhet 04 97 18 62 06 Marie-Lise Mayer 04 97 18 63 48
CHU de Nice Geneviève Robiquet 04 92 03 41 04

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.