Mannequins de formation : l’apprentissage par simulation, une innovation poitevine

Médecins, infirmiers, aide-soignants s'entraînent aux gestes qui sauvent sur des mannequinsInnovation pédagogique, l'enseignement sur mannequins high tech fait la fierté du laboratoire de simulation du CHU de Poitiers dirigé par le Pr. Denis Oriot (urgences pédiatriques) et le Pr. Michel Scepi (thérapeutique et médecine d'urgence). Les étudiants et internes complètent leur cursus théorique par une mise en situation très proche de la réalité clinique. Ils s'exercent au bon geste thérapeutique sur des androïdes préprogrammés qui reproduisent les symptômes et les réactions humaines en cas de maladie grave ou de prise en charge complexe : arrêt cardiorespiratoire, endoscopie. Leurs interventions sont filmées et évaluées par les experts lors d'une séance de au cours de laquelle leurs erreurs et leurs lacunes sont analysées. Autre nouveauté du laboratoire de simulation : l'apprentissage n'est plus individuel. Les cessions accueillent des équipes entières. Les stagiaires apprennent à caler leur intervention sur celle des autres membres de leur unité afin d'atteindre une performance d'ensemble ; compétence essentielle en cas d'urgence où les rôles de chacun doivent être pré assimilés.

Innovation pédagogique, l’enseignement sur mannequins high tech fait la fierté du laboratoire de simulation du CHU de Poitiers dirigé par le Pr. Denis Oriot (urgences pédiatriques) et le Pr. Michel Scepi (thérapeutique et médecine d’urgence). Dans cette unité, les étudiants et internes complètent leur cursus théorique par une mise en situation très proche de la réalité clinique. Ils s’exercent au bon geste thérapeutique sur des androïdes préprogrammés qui reproduisent les symptômes et les réactions humaines en cas de maladie grave ou de prise en charge complexe : arrêt cardiorespiratoire, endoscopie. Leurs interventions sont filmées et évaluées par les experts lors d’une séance de débriefing au cours de laquelle leurs erreurs et leurs lacunes sont analysées. Autre nouveauté du laboratoire de simulation : l’apprentissage n’est plus individuel. Les cessions accueillent des équipes entières. Les stagiaires apprennent à caler leur intervention sur celle des autres membres de leur unité afin d’atteindre une performance d’ensemble ; compétence essentielle en cas d’urgence où les rôles de chacun doivent être pré assimilés.

Cliquer pour agrandir
Médecins, infirmiers, aide-soignants s’entraînent aux gestes qui sauvent sur des mannequins
crédit photo : direction de la communication – CHU de Poitiers

Les futurs praticiens ne sont pas les seuls à profiter de cet enseignement : le laboratoire, animé par une équipe pédagogique composée de cinq professeurs en médecine et chirurgie, propose des formations qualifiantes aux médecins diplômés et – fait nouveau – aux paramédicaux. Précurseur, le CHU de Poitiers entraîne aussi des infirmiers et des aide-soignants. Ces répétitions au plus près de la réalité aident les services d’urgence adultes et pédiatriques à améliorer leurs organisations et leurs performances lors de situations critiques.

Les formations sont aussi ouvertes aux centres hospitaliers périphériques.

Le laboratoire de simulation en médecine fait l’objet d’un partenariat entre la faculté de médecine et de pharmacie de l’Université de Poitiers et le CHU de Poitiers,

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.