Marisol Touraine mise 550 millions d’euros sur « le virage numérique »

Mercredi 15 mars 2017, la ministre des Affaires sociales et de la Santé a annoncé 550 millions d'euros sur 5 ans pour accompagner les établissements de santé dans le développement de solutions numériques.

Mercredi 15 mars 2017, la ministre des Affaires sociales et de la Santé a annoncé 550 millions d’euros sur 5 ans pour accompagner les établissements de santé dans le développement de solutions numériques.
Marisol TOURAINE vise avec cette enveloppe le financement des programmes "e-parcours" et "e-Hôp 2.0", en prolongement de "Territoire de soins numérique" et "Hôpital numérique", dans le cadre du plan d’investissements 2017-2021
"La rencontre entre le numérique et la santé est une promesse pour les patients, les professionnels et le système de santé dans son ensemble ! Aujourd’hui, il faut innover dans l’organisation territoriale, innover dans les techniques de soins, c’est une exigence. En reconduisant ces programmes, en les généralisant, le Gouvernement accompagne les établissements dans ce virage numérique ", a déclaré la ministre.
150 millions d’euros pour le programme "e-parcours" 
Le programme "e-parcours" aura pour objectif d’améliorer la prise en charge des patients et de faciliter les échanges entre les professionnels de santé. Prise de rendez-vous dématérialisée, géolocalisation des équipes mobiles, gestion et disponibilité des lits et autres solutions numériques testées pendant 3 ans dans le cadre du programme "Territoire de soins numérique" seront ainsi proposées aux professionnels médico-sociaux et sociaux à travers toute la France à l’horizon 2021.
150 millions d’euros seront engagés sur la période 2017-2021 à destination des Agences régionales de santé (ARS) chargées de piloter le déploiement au sein de leur région, dont 20 millions d’euros dès 2017.
400 millions d’euros pour "e-Hôp 2.0"
Le programme "e-Hôp 2.0" sera axé sur le développement des systèmes d’information des établissements de santé et de solutions numériques visant à faciliter les liens des établissements avec les patients et avec les établissements partenaires (prise de rendez-vous et résultats d’analyses en ligne, compte rendu d’examen d’imagerie, etc.). Au total, 400 millions d’euros seront investis jusqu’en 2021.
Les programmes "e-parcours" et "e-Hôp 2.0" s’ajoutent aux mesures mises en place depuis 2012, et notamment la relance du dossier médical partagé ou les expérimentations de télémédecine. La ministre a par ailleurs présenté, en juillet 2016, une stratégie nationale e-santé 2020.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.