Avancée du chantier de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot

Après 18 mois de travaux, le futur bâtiment H de l'hôpital Edouard Herriot revêt son ossature finale. Une étape clé du chantier de modernisation lancé par les Hospices Civils de Lyon, saluée par la visite de Marisol Touraine ce 10 novembre 2016.
Après 18 mois de travaux, le futur bâtiment H de l’hôpital Edouard Herriot revêt son ossature finale. Une étape clé du chantier de modernisation lancé par les Hospices Civils de Lyon, saluée par la visite de Marisol Touraine ce 10 novembre 2016.
L’aboutissement des travaux de gros œuvre du bâtiment H marque un tournant dans la modernisation de l’hôpital Edouard Herriot. Avec ce projet, les Hospices Civils de Lyon confortent la vocation hospitalière du site, voulue en 1933 par Edouard Herriot et l’architecte Tony Garnier, pour offrir à tous les Lyonnais une médecine de pointe au cœur de l’agglomération. Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et président de la métropole de Lyon, se sont rendus sur place ce jeudi 10 novembre pour constater l’avancement de cet ambitieux chantier.
Une nouvelle vision de l’hôpital dans la cité
Pierre angulaire de la phase 1 du projet de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot, la construction d’un bâtiment de 18 000 m2 en lieu et place de l’ancien bâtiment H tient pour objectif d’abriter le plateau technique de l’hôpital en regroupant sur un même lieu les blocs opératoires – y compris la chirurgie ambulatoire -, les services de réanimation, l’imagerie d’urgence et l’imagerie interventionnelle.
A horizon 2018, l’hôpital Edouard Herriot regroupera ainsi les services des six spécialités de chirurgie de Desgenettes qui existaient en miroir dans les deux hôpitaux : chirurgie digestive, orthopédie, ORL, ophtalmologie, hépato-gastroentérologie, odontologie. De manière logique, les soins critiques (l’anesthésie et la réanimation) ainsi que les urgences chirurgicales suivront et viendront, elles aussi, à Edouard Herriot.

Le projet de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot
Une organisation au service du patient
Le bâtiment H, plateau technique unique implanté au centre des 22 pavillons du site, met fin à leur fonctionnement en parallèle. Il apporte une solution concentrique, précieuse pour les patients et pour l’efficience de l’institution, en rassemblant les opérations lourdes et urgentes, autrefois disséminées.
Imaginé par l’architecte Michel Remon et par le spécialiste de l’architecture des Monuments Historiques François Chatillon, le futur bâtiment H préserve l’intégrité patrimoniale de ce site classé et répond à l’ambition voulue de "  penser l’organisation de l’hôpital au service du patient ". 
Patients et médecins sont protégés des regards extérieurs mais les blocs opératoires et les locaux techniques sont baignés par la lumière naturelle donnée par les façades et par deux patios intérieurs. Le sous-sol bénéficie lui aussi de l’éclairage naturel délivré par des cours anglaises au nord, grâce au décaissement des talus végétalisés déjà mis en œuvre par Tony Garnier.
Un projet pensé avec les professionnels de santé et les usagers
Depuis cet été, le pavillon S désaffecté accueille des locaux et des équipements témoins. Afin de permettre aux utilisateurs (professionnels de santé – médecins, cadres et soignants) de se projeter dans leur futur outil de travail, une chambre de réanimation, une chambre de soins continus et de chirurgie ambulatoire ainsi qu’un bloc opératoire ont été construits à l’identique de ce qu’ils seront réellement dans le futur bâtiment. Les retours d’expérience ont été très positifs et quelques adaptations ont ainsi été opérées afin de répondre au mieux aux attentes des utilisateurs mais aussi des patients.

Le personnel médical et soignant a pu s’approprier et améliorer son futur environnement de travail grâce à des locaux témoins fonctionnels
Les différentes parties prenantes ont pu travailler autour d’un nouvel outil innovant: le BIM (Building Information Modeling). Véritable maquette numérique en 3 dimensions, ce logiciel collaboratif permet d’améliorer la synthèse et la performance, de visualiser les éventuels conflits, de les régler sans attendre d’être sur le terrain. Cette volonté d’innovation insufflée par les HCL et ses partenaires a d’ailleurs été récompensée par le "BIM d’argent 2016" décerné par le Groupe Le Moniteur, qui distingue chaque année les meilleures démarches françaises en matière de maquette numérique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.