Mars 2010 -Palmarès du Figaro Mag et plan de restructuration à l’AP-HP

Au sommaire de cette revue de presse : le palmarès 2010 des hôpitaux et cliniques dressé par le Figaro Magazine, la résistance au plan de restructuration de l'AP-HP et une sélection de prouesses médicales et chirurgicales réalisées dans les CHU.

Au sommaire de cette revue de presse : le palmarès 2010 des hôpitaux et cliniques dressé par le Figaro Magazine, la résistance au plan de restructuration de l’AP-HP et une sélection de prouesses médicales et chirurgicales réalisées dans les CHU.

A la Une : le palmarès 2010 des hôpitaux et cliniques (24 pages) publié le 27 mars 2010 dans le Figaro Magazine. 1 288 établissements de santé ont été évalués par les docteurs Stéphane Bach et Jean-Pascal Del Bano. Pour établir ces classements les auteurs ont retenu les critères du ministère de la Santé, de l’HAS ou de l’ATIH* à savoir : les scores agrégés de lutte contre les infections nosocomiales, les rapports de certification de l’HAS – à noter que les établissements classés une ou zéro étoile ont été exclus d’office-, la durée moyenne de séjour et les effectifs en personnel infirmier avec un ratio personnel infirmier/activité réelle en hospitalisation conventionnelle ainsi que les volumes d’activité extraits de la base du PMSI 2008. Un palmarès général a été établi pour cinq catégories de structures réparties en CHU, centres hospitaliers de plus de 300 lits, centres hospitaliers de moins de 300 lits, cliniques de plus de 100 lits et cliniques de moins de 100 lits. Ces 5 tableaux sont suivis par 50 hit-parades dans les principales spécialités, de l’implantation de défibrillateur cardiaque à la cure de hernie abdominale. Les 30 meilleurs établissements sont listés, cette fois-ci tous statuts confondus,.

En ce mois de mars 2010, l’actualité des CHU a également eu pour toile de fond le durcissement de la résistance au plan de restructuration de l’AP-HP. Dans un article de Lucas Bretonnier, le Parisien en date du 13 mars dresse un tableau des réactions en chaîne : « responsables d’hôpitaux séquestrés, grèves illimitées, élus qui montent au créneau… ». Le 20 mars, l’Humanité consacre un dossier de 7 pages aux Hôpitaux de Paris. La journaliste Anna Musso rappelle les faits : « Le plan de restructuration (…), qui prévoit le regroupement de 37 hôpitaux en 12 établissements et la suppression de 3 000 à 4 000 emplois soignants d’ici à 2012, n’en finit pas de susciter colère et mobilisation(..). » 677 000 signatures ont été recueillies par le Mouvement de défense de l’hôpital public. Ce dossier comprend également les tribunes de Claude Evin, président de l’ARS Ile de France, de Caudine Cordillot, maire de Villejuif, de José Puig, président du Collectif de patients citoyens, du Dr Daniel Annequin et du Pr André Grimaldi. Ce dernier dénonce « un plan guidé par la recherche de rentabilité » qui menace deux spécialités: la pédiatrie spécialisée et la gériatrie et appelle à la mise en place d’un moratoire « pour permettre à de nouvelles équipes de définir une méthode rigoureuse et transparente d’élaboration des projets de modernisation qui s’imposent ». Claude Evin, insiste sur les trois exigences qu’un grand projet doit respecter. 1ère : être économiquement supportable car un déficit chronique paralyse la capacité d’investissement d’où l’importance de l’équilibre des comptes, 2ème : prendre en compte l’environnement et la coordination avec les acteurs de santé de la région et 3ème : être transparent. « L’ARS ne considère pas la dynamique de restructuration comme une menace mais comme la mise en oeuvre du principe fondamental d’adaptabilité. »

Le 23 mars 2010, le Figaro s’intéresse aussi à la « délicate mue de l ‘AP-HP » et aux « remous » qu’elle suscite. L’auteur, Olivier Auguste annonce que « Face à la grogne, tout objectif chiffré de réduction d’effectifs a été retiré ». Pour Benoît Leclercq, directeur général «des réductions d’emplois sont compatibles avec la qualité des soins, à condition de se réorganiser ». Construire de nouveaux sites peut revenir cher que de rénover des hôpitaux pavillonnaires du XIXème siècle. Ce plan stratégique a d’ailleurs fait l’objet d’une large concertation « la direction n’a jamais fait le forcing » rappelle Pierre Coriat, président de la commission médicale d’établissement. Pour lui, la divergence réside principalement dans l’affichage du nombre d’emplois soignants à supprimer par non-remplacement des départs à la retraite (6 000 chaque année). Jean-Marie Le Guen, député et président de l’AP-HP critique aussi la méthode mais pas la nécessaire relance des investissements. Dans ce domaine, l’AP-HP a trente ans de retard par rapport aux autres CHU estime l’élu. Le mécontentement que suscite le plan de restructuration oppose aussi deux générations de médecins : la nouvelle qui raisonne en termes « de qualité de soins, de compétition mondiale sur la recherche .et a conscience de la dimension économique » et les mandarins « qui ne pourront transmettre leur service (…) comme eux-mêmes en ont hérité il y a vingt ans ».

A retenir aussi les grandes avancées thérapeutiques signées par les équipes hospitalo-universitaires
– L’article de Paul Benkimoun présente la méthode mise au point par le Pr Michel Haïssageurre (CHU de Bordeaux) pour détruire des cellules cardiaques responsables de la fibrillation venriculaire – Le Monde du 20 mars 2010
– Les 10 ans du premier homme au monde greffé des deux mains par le Pr Jean-Michel Dubernard (CHU de Lyon) sont célébrés dans La Croix du 23 mars 1010
– La technique innovante de neurochirugie dite chirurgie éveillée, est décrite par Sandrine Cabut dans Le Figaro – Opérer le cerveau avec l’aide du malade éveillé. La journaliste a assisté à l’intervention réalisée par le Pr Hugues Duffau (CHU de Montpellier), lauréat des Victoires de la médecine en 2009.

*Agence Technique de l’information sur l’Hospitalisation

Grand jeu Hospi Trotter : gagnez vos vacances avec la MACSF ! En mars sur DISNEY CINEMAGIC, Peter et Elliot le dragon, Frère des ours 2, Chicken Little Relay H, un réseau très hospitalier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.