Mars bleu 2018, mobilisation à Tours contre le cancer colorectal

Le Centre de Coordination des Dépistages des Cancers organise deux journées d’information au CHU de Tours avec l’objectif d’augmenter la participation au dépistage organisé du cancer colorectal.
Le Centre de Coordination des Dépistages des Cancers organise deux journées d’information au CHU de Tours avec l’objectif d’augmenter la participation au dépistage organisé du cancer colorectal.
Le Centre de Coordination des Dépistages des Cancers (CCDC), en partenariat avec l’Institut National du Cancer, animera deux journées d’information sur le cancer colorectal et sa prévention au CHU de Tours : le 20 mars à l’hôpital Trousseau et le 22 mars à l’hôpital Bretonneau, afin de sensibiliser les personnes concernées et leur entourage et de mobiliser les professionnels de santé.
En France, le cancer colorectal touche 45 000 personnes et est à l’origine de plus de 17 500 décès chaque année. Détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans 9 cas sur 10, d’où l’importance du dépistage.
Le dépistage organisé du cancer colorectal concerne les hommes et les femmes âgés de 50 à 74 ans. Tous les deux ans, le CCDC invite les bénéficiaires à retirer un test de dépistage gratuit chez leur médecin. Après une évaluation médicale, le médecin propose soit la réalisation du test, soit une surveillance spécifique personnalisée.
Depuis 2015, un nouveau test existe : plus simple (un seul prélèvement au lieu de 6) et plus ergonomique. Il est également plus performant avec 2 fois plus de cancers et 2,5 fois plus d’adénomes détectés. 
En 2016-2017, 38,1 % des bénéficiaires ont participé à ce dépistage. Il reste donc encore de nombreuses personnes à sensibiliser pour atteindre l’objectif européen de 45 % de participation.
Le CCDC organise également la 9ème édition de la Marche Bleue du dépistage le dimanche 18 mars à partir de 13h30 à l’Hippodrome de Chambray-lès-Tours. Deux parcours encadrés seront proposés (9 et 12 km). La participation à cette marche est gratuite et ouverte à tous.
A Tours, une prise en charge facilitée
Au CHU de Tours, en cas de Test Immunologique Fécal positif, la prise de rendez-vous de coloscopie en ambulatoire est facilitée.
L’Unité Ambulatoire Digestive du CHU est joignable par téléphone (02 47 47 71 51 de 9h à 17h) ou par email : href= »mailto:secretariat.gastro.hj@chu-tours.fr »
Cette unité présente de multiples spécificités :
– Prise en charge de pathologies variées par des techniques d’endoscopie de détection variées (chromo-endoscopie, endomicroscopie confocale…), sous ou sans anesthésie générale,
Développement de techniques de type hypnose… ;
– Expertise dans la résection endoscopique des lésions précancéreuses et des cancers superficiels du colon, de l’estomac, de l’œsophage, radiofréquence… ;
– Expertise dans le traitement endoscopique des hémorragies digestives 24h/24, explorations et traitements endovasculaires de l’hypertension portale (biopsies hépatiques, prises de pression par voie transjugulaire, pose de TIPS) ;
– Exploration de l’intestin grêle par vidéocapsule ;
– Expertise dans l’exploration et le traitement endoscopique des calculs et tumeurs bilio-pancréatiques (cathétérisme rétrograde des voies billion-pancréatiques, écho-endoscopie, cholangio-pancréatographie…).
C’est enfin la prise en charge de maladies de pré-disposition génétiques, maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, maladies hépato-biliaires (sténoses biliaires, pancréatites, calculs…), explorations fonctionnelles digestives et rééducations ano-périnéales (PH-métrie, manométrie, impédancemétrie…), prises en charge de la pathologie hémorroïdaires et des autres lésions ano-rectales.
L’unité d’endoscopie digestive au CHU de Tours rassemble 11 médecins spécialisés en endoscopie diagnostiques et thérapeutiques et proctologie, 8 infirmières et 4 aides-soignants, 4 salles d’endoscopie et proctologie. Plus de 7000 endoscopies sont réalisées par an.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Simuler un attentat ou une tempête pour préparer aux situations d’urgence 

Après l’impressionnant déploiement du “Shelter”, hôpital mobile du CHU de Toulouse, ce fut au tour du projet “SENS” d’être présenté lors de la dernière édition de SantExpo. SENS, ou autrement dit un centre de simulation environnementale et neurosensorielle de 140 m2, ayant la capacité de recréer diverses situations extrêmes pour préparer au mieux les professionnels de l’urgence à des crises majeures. Un projet attendu sur le site de l’hôpital Purpan en 2024.

A Santexpo, des CHU de France en transition(s)

Pour la deuxième année consécutive, les 32 CHU ont affiché leur unité à l’occasion de Santexpo, salon qui a réuni du 23 au 25 mai l’écosystème de la santé. S’il est difficile d’évaluer les retombées réelles pour les établissements, ce rassemblement sur deux stands et une même bannière (CHU de France) aura eu le mérite de faire valoir un certain nombre de thèmes, dont les transitions numérique, écologique ou sociale au sein de l’hôpital. A défaut d’énumérer tout ce que nos caméras ont pu capter d’échanges sur ces trois jours, la rédaction vous propose de revivre dix temps forts.

Vincent Vuiblet : “L’IA va profondément modifier l’ensemble des fonctions hospitalières.” 

Connaissance des maladies, aide aux diagnostics, dépistage précoce, prise en charge des patients, prédiction de l’efficacité des traitements ou encore suivi des épidémies… dans la santé comme dans d’autres domaines, l’Intelligence artificielle est promise partout. Si les perspectives semblent vertigineuses, difficile de saisir ce que cette évolution technologique, que certains appréhendent comme une “révolution”, implique réellement. A l’occasion de SantExpo, nous avons interrogé Vincent Vuiblet, Professeur de médecine au CHU de Reims et directeur de l’Institut d’Intelligence Artificielle en Santé Champagne Ardenne depuis 2020, sur ce sujet particulièrement d’actualité. L’occasion pour lui de nous éclairer, de balayer aussi un certain nombre d’idées reçues et de fantasmes.

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.